Archives du mot-clé C. Sabard

A la lumière de nos jours, Clarisse Sabard

008

Quatrième de couverture :

2013. Après de longues années d’absence, Julia débarque dans sa famille paternelle, en plein coeur de la Touraine. Fraîchement renvoyée du célèbre concours de pâtisserie pour lequel elle travaillait, dévastée par le récent décès de sa mère, la jeune femme est complètement perdue.

Mais les dernières volontés de sa mère sont claires : Julia doit renouer avec son père, retrouver ses proches et partir en quête de son héritage.

Accueillie à bras ouverts par sa grand-mère Suzette, qui rêve de la voir reprendre la pâtisserie familiale, la jeune femme se retrouve rapidement plongée au coeur de l’histoire des trois générations de femmes qui l’ont précédée.

Des faubourgs parisiens des années 1920 en passant par les heures les plus sombres de l’Occupation, les secrets d’une famille, mais aussi de tout un village, éclatent l’un après l’autre. Et c’est peut-être à ce prix, une fois les blessures du passé guéries, que Julia pourra avancer dans la lumière.

L’avis de Laure :

Retrouver chaque année Clarisse Sabard, c’est un RDV plaisir, une valeur sûre. Pas besoin d’être convaincue par une quatrième de couverture, je la lis sans hésitation, prête à suivre ses personnages attachants où qu’ils m’emmènent.

Cette fois-ci, à travers 600 pages qu’on ne voit pas défiler, c’est 3 personnages qui vont nous émouvoir tour à tour : Eugénie l’arrière grand-mère, Suzette la grand mère et Julia, la petite fille qui vient de perdre sa mère. C’est une héroïne comme nous avons l’habitude de rencontrer chez Clarisse Sabard. Elle revient aux sources, en Touraine, après avoir perdu tout sens à sa vie depuis le décès de sa mère dont elle était si proche. Elle va retrouver son père avec qui la relation est bien plus fragile mais aussi sa tante, un cousin qui lui en veut de son absence et Ben, son ex qui l’a quittée si brutalement.

Et c’est alors qu’elle va découvrir l’histoire d’Eugénie puis de Suzette, des histoires qui vont l’aider à redonner du sens à sa vie. Des histoires qui m’ont totalement captivée en tant que lectrice. Eugénie nous entraine à Paris, à la sortie de la 1ère guerre mondiale. Un cadre historique que l’on rencontre peu et qui m’a beaucoup plu, une jeune femme bien déterminée à se trouver un emploi et à construire sa vie. Une première histoire d’amour, et de gourmandise à travers la pâtisserie, que j’ai lue comme un roman dans le roman.

Et puis, surprise, un autre roman dans le roman, encore plus émouvant nous est offert à travers Suzette, qui vivra son plus bel amour lors de la seconde guerre mondiale. Que j’ai aimé son histoire avec Max ! Une évidence, la construction d’un couple dans tout ce qu’il y a de plus beau.

Et ce final, ce secret de famille en lien avec les précédentes générations que je n’avais pas vu venir. Des ficelles à dénouer pour pouvoir écrire une nouvelle page. Et comme toujours, on referme le livre charmé, conquis d’avoir fait la connaissance de si beaux personnages, mais pas tout à fait prêts encore à les abandonner. Alors, ils resteront dans un coin de notre tête en attendant les prochains personnages de Clarisse. Qu’on sait déjà qu’on aimera tout autant.

Ma notation :

Merci Clarisse pour ces 600 pages de bonheur. Un régal, comme d’habitude.

Merci aux éditions Charleston pour cette lecture