Archives du mot-clé C. Aubert

Tala Yuna, Charles Aubert

ncSacS1fR6KB3+iL1bbu4w

Quatrième de couverture :

Jonas est un auteur à succès, mais il n’est pas heureux. Sa femme, Élisabeth, a claqué la porte brusquement, sa vie va prendre un nouveau tournant : il décide de partir sur les traces d’un père qu’il n’a jamais connu. Sur un bateau mené par deux frères que tout oppose, Jonas se lance dans une chasse à l’homme à travers les iles. Une quête identitaire entre terre et mer, au rythme du vent qui s’intensifie au fil du voyage. Il n’aurait jamais pu imaginer ce qui l’attendait

Lyon 2016 : Après avoir quitté la clinique de soins où elle a atterri suite à une dépression nerveuse, Colombe décide de quitter Lyon et d’accepter un poste de professeur dans l’école d’un village au beau milieu des montagnes. Ce n’est pas un hasard. Dans l’ancien moulin-bistrot du village, travaillait Louise, sa mère biologique, décédée dans d’étranges circonstances. Que s’est-il passé cette nuit fatidique où Louise a perdu la vie ? Que contient ce carnet noir qu’elle a légué à sa fille ?

L’avis d’Audrey :

« J’ignorais depuis quand j’étais sur cette île. Je n’étais même pas certain de savoir comment tout avait commencé. »

Pourquoi Jonas se retrouve-t-il sur une île, complètement hagard, hirsute, comme perdu dans ses pensées ? Pour le comprendre, il va falloir remonter quelques semaines en arrière. Il débarque sur une île, au cœur d’un océan, loin de chez lui, avec comme quête principale de trouver son père : un homme qu’il n’a pas connu, qui s’est volatilisé deux jours avant sa naissance. Mais pour le retrouver, il va devoir arpenter les îles de la baie. Il va se faire accompagner de Sam, qui possède un bateau. Un homme étrange, peu bavard, qui semble presque menaçant. Pourtant entre Sam et Jonas, il y a une sorte d’accroche, le feeling passe bien. En montant sur ce bateau, à la recherche de son père, le voilà embarqué pour une drôle d’aventure, en n’oubliant pas de nous faire grimper, nous aussi, lecteurs, à bord pour notre plus grand plaisir.

Alors que Jonas explore une île, il y a la rencontre avec une jeune femme. Une furtive apparition, comme un songe, un rêve qui devient réel. Qui est-elle ? Comment s’appelle-t-elle ? Que fait elle seule sur une île. Cette rencontre va alors tout fait exploser, comme une tempête.

Difficile de ne pas se faire happer par l’écriture de Charles Aubert et par l’atmosphère qui se dégage de ce récit. Il y a du mystère, des questions, du suspense. La place de la mer et de la nature est omniprésente. On est avec eux sur ce bateau, je me suis surprise à apprécier les explications techniques, que je découvrais en même temps que Jonas, notant avec soin ce vocabulaire si technique. Je sentais moi aussi le roulis de l’embarcation, je goutais aux embruns de cet océan et je guettais le vent qui se lève. Le vent, cet élément clé du roman, qui rythme de par son intensité les 12 parties de cette aventure. Mais ici les lames et vagues ne déferlent pas juste en mer, mais aussi dans les cœurs et les têtes.

Ma notation:

Tala Yuna: Si vous ne deviez lire qu’un seul roman ce printemps, c’est celui-ci. Quelle aventure, quel roman !

Rouge tango/Vert samba, Charles Aubert

HovEn2jhRjyZtLlb1hHQcw

Quatrième de couverture :

Niels a quitté la ville pour s’établir dans le Sud sauvage. Autour de lui, le calme des grands espaces, et un petit nombre d’amis très proches: une bulle à l’écart de tout. Il a pêché le saumon en Alaska, le brochet dans les lacs du Connemara. De sa passion, Niels a fait son métier.

L’avis d’Audrey :

L’an dernier, dans le cadre du prix Nouvelles voix du polar je faisais connaissance avec Niels, avec Bleu Calypso. J’avais aimé ce personnage solitaire et mystérieux. Je l’ai retrouvé avec grand plaisir dans les deux romans où l’on continue de suivre ses aventures.

Dans Rouge Tango, on le trouve dans sa cabane de pécheur, avec son voisin Bob, et Lizzie, devenue contre toute attente, sa compagne. Tout pourrait aller pour le mieux, mais Malik, une jeune recrue de la police disparait. Spécialiste de l’informatique, impossible de mettre la main sur ses données, PC et clé USB. On comprend vite que sa disparition est liée à une enquête sur laquelle il travaillait. Niels est donc aux abois pour retrouver Malik, et voilà que son père (qu’il n’a plus vu depuis trop longtemps) débarque dans sa vie. Une enquête et une quête personnelle, brillamment racontées. J’ai aimé retrouver ses personnages et j’ai passé un bon moment avec ce thriller.

J’ai laissé décanter cette histoire quelques semaines, avant de découvrir le 3ème volet: Vert Samba. On ne change pas une équipe qui gagne, et on déambule dans ces lieux que l’on connait au coeur du pays de Thau et l’on se passionnerait presque pour les leurres que vend Niels. Cette fois ci, deux hommes sont retrouvés morts. Seul point commun: un tatouage sur le bras. Comme dans les précédents romans, les déboires personnels de nos personnages sont mis en lumière. Passé douloureux, remise en question, relations amoureuses. On assiste à l’évolution de nos personnages. On commence à mieux connaitre Niels, à mieux le comprendre même s’il ne baisse pas la garde et garde sa part de mystère.

Avec les romans de Charles Aubert, on est loin du tumulte des grandes villes. Pas de poursuite en voiture dans les rues parisiennes, pas d’interrogatoire musclé (quoique…). Tout est plus doux, plus lent, au contact de la nature et de l’humain. Et pourtant on ne s’ennuie pas avec ces lectures. Il sait maitriser le suspense et nous livre de jolis rebondissements.

Ma notation:

Passionnée par le personnage de Niels. Un homme taiseux et qui a tant de choses à dévoiler encore. Vite la suite!