Archives du mot-clé BD

Les jours sucrés, Loïc Clément et Anne Montel

010

Quatrième de couverture :

Une comédie romantique qui fait un bien fou ! À 25 ans, Églantine apprend le décès de son père et part pour Klervi, le village breton de son enfance. Elle y retrouve sa vie d’avant, ses souvenirs et la pâtisserie paternelle (qui est désormais la sienne), mais aussi Gaël, son amoureux de l’époque, sa tante Marronde et tous les chats du village. Surtout, elle découvre le journal intime de son père. Il y a mis tous ses secrets de vie et de cuisine. Un véritable guide pour Églantine. Et si c’était l’occasion d’un nouveau départ ? Une comédie romantique légère et subtile.

L’avis de Laure :

Vous connaissez bien les romans feel good dans lesquels une héroïne va quitter sa ville pour une nouvelle vie qui lui apportera plein de nouveaux bonheurs. Je vous présente ici la version BD de ces romans chouchou qui nous font tant de bien.

Eglantine part pour un petit village breton suite au décès de son père, qui les avait abandonnées sa mère et elle depuis des années. Sur place, elle retrouve la pâtisserie familiale, sa tante et aussi celui qui était son amoureux d’enfance. Eglantine ne sait pas encore ce que ce retour va lui apporter, elle a plutôt prévu de vendre la pâtisserie et de retourner à sa vie. Mais c’est sans compter sur un joli destin et la révélation de secrets bien cachés. 

011

Cette BD est un bonbon, d’abord par le charme des dessins à l’aquarelle d’Anne Montel, ensuite par cette histoire toute douce, simple, gourmande et pleine de jolis moments. Je ne crois pas avoir besoin de vous en dire plus, je suis sûre que vous avez tous en tête un titre de roman qui offre ce genre de plaisir de lecture. Ici, on a en plus le plaisir visuel des images alors croyez-moi, c’est un régal !

Ma notation :

Une très jolie BD à découvrir sans tarder.

 

La remplaçante, Sophie Adriansen et Mathou

005

Quatrième de couverture :

Marketa et Clovis, amoureux fous, attendent un bébé. Mais l’accouchement signe la fin du conte de fées. La naissance de Zoé ne s’est pas passée comme Marketa l’imaginait, et l’instinct maternel tarde à se manifester. Tandis qu’elle ne reconnait plus son corps, Marketa se sent perdre pied face à ce bébé si vulnérable dont elle a désormais la responsabilité.

Réussira-t-elle à se sentir mère ? à aimer son bébé ? à cesser de penser qu’une remplaçante ferait mieux qu’elle ?

L’avis de Laure :

Si vous êtes fan du travail de Mathou, je suis sûre que vous avez déjà eu envie de découvrir cette BD, conçue avec Sophie Adriansen. Elle traite d’un sujet qui ne peut que toucher les mamans que nous sommes et qui a le mérite de mettre en avant la vérité des premiers jours d’une mère. Exit donc la magie, l’amour fou et l’évidence et bonjour à toutes les galères du post partum !

Marketa et Clovis forment un joli couple, un couple actuel avec un homme bien présent au côté de sa compagne. Déjà père, il est pressé de revivre ces jolis moments avec Marketa. Et finalement, tout le stress des premières fois, c’est elle qui va le vivre. On la suit alors dans son périple des premières semaines puis mois, des moments où elle se décourage parce qu’elle se sent nulle et surtout des échanges avec tout son entourage qui vont peu à peu l’aider à croire en elle, en validant le fait qu’elle est une bonne mère.

Car Marketa doute, elle pense qu’une autre ferait mieux qu’elle et elle a bien besoin de tous ces petits échanges qui vont peu à peu la rassurer sur ses capacités de maman. C’est touchant parce que bien sûr, ces anecdotes où nous doutons, nous sommes nombreuses à les vivre et ce sont souvent les mêmes moments qui sont difficiles d’une femme à l’autre. Ce qui m’a plu aussi dans l’histoire de Marketa c’est lire ce père, son conjoint, qui prend les choses en mains, qui sait déjà s’occuper de tous petits et qui sait surtout qu’il faut que sa femme puisse avoir son temps pour elle. En temps que femme j’avoue, j’aimerais que tous les conjoints soient ainsi, des pères présents, accompagnants et soutenants pour leur conjointe ! Car s’il est ici question de maternité, la parentalité se construit à deux et il serait temps d’avoir un vrai partage des tâches à la naissance d’un bébé…

Ma notation :

Une jolie BD qui est précieuse dans le sens où elle met en avant le fait qu’être maman n’est pas toujours rose !

 

Le printemps suivant, Margaux Motin

003

Quatrième de couverture :

Après une vie de mère célibataire un peu chaotique mais libre et indépendante, Margaux replonge à pieds joints dans la vie de couple. Mais cela ne se passe pas sans heurts et des perturbations se profilent à l’horizon. Et si c’était l’occasion de chercher à comprendre ce qui provoque ces nuages qui viennent de si loin ? Sept ans après La Tectonique des plaques, Margaux Motin reprend avec humour et émotion le fil du récit de son parcours de femme moderne toujours en quête d’épanouissement personnel et de connaissance de soi.

L’avis de Laure :

Dès que cette BD est sortie, elle m’a fait très envie. Il faut dire que j’adore les dessins de Margaux Motin et son univers frais, actuel, coloré et drôle. Alors sans surprise, j’ai passé un très bon moment de lecture avec Le printemps suivant.

Margaux s’installe ici dans une nouvelle maison qui fait franchement rêver avec son amoureux (qu’on lui piquerait bien aussi tiens) et ses 2 filles. J’adore ce personnage, la fille délurée qui a des idées bien particulières, qui est en total maitrise de sa vie (ou du moins souhaite l’être). Elle nous entraine facilement avec elle et on se régale en lisant ses aventures.

9ClPny9q_400x400

On retrouve les joies et difficultés de la vie de couple, les projets, les doux moments partagés et tout cela avec une mise en image que j’adore donc oui je suis totalement cliente et c’est vraiment le genre de BD qu’on prendra plaisir à lire et relire. En revanche, aie, la fin laisse envisager de nouvelles galères dans la vie de Margaux et on en est tout attristé pour le personnage. Néanmoins, vivement la suite !

006

Ma notation :

Un régal, des dessins à savourer !

N.E.O, tome 1 – La chute du soleil de fer, L’hermenier et Djet

007

Quatrième de couverture :

Zyzo et Alixe parviendront-ils à l’éviter, tout en sauvant les membres de leur clan ?

Un nuage empoisonné s’est répandu sur terre. Seuls quelques adolescents n’ont pas été exterminés par le cataclysme.
Alixe vit au Louvre (« le Château ») avec d’autres privilégiés, tandis que Zyzo tente de survivre en habitant la tour Eiffel (« le Tipi ») avec son clan. Mais lorsque les animaux sont empoisonnés, la nourriture vient à manquer à ceux du Tipi. Pour eux, aucun doute, les enfants du Château sont coupables.
La guerre va être déclarée !

L’avis de Laure :

Cette BD est l’adaptation de la série de Michel Bussi destinée à la jeunesse dont le premier tome est sorti l’automne dernier.  Je ne l’ai pas lu mais cette adaptation BD m’a beaucoup plu.

C’est l’histoire de 2 bandes d’adolescents rivales dans un Paris abandonné où tous les adultes sont morts. Il y a une bande sauvage qui vit dans un « tipi » sous la Tour Eiffel et une bande instruite, au petit monde bien rangé qui vit au Louvre, dit le Château. De suite, j’ai aimé l’immersion dans cet univers très visuel qui est superbement desservi par les illustrations. C’est assez fascinant de voir un Paris abandonné et je me suis attachée très vite aux superbes personnages.

008

Zyzo va se retrouver prisonnier avec les enfants du Château et découvrir leur mode de vie qui a été prévu des années auparavant par les derniers adultes en vie. Malgré la rivalité entre ces bandes d’enfants qui ne se font pas confiance, ils vont devoir faire face à un événement qui les menace. A eux alors de retrouver ce qui cause l’empoisonnement successif de tous les animaux et viendrait menacer leur survie s’ils n’avaient plus rien pour se nourrir.

Je ne pensais pas aimer autant cette BD et pourtant c’est une saga que je vais suivre de près parce que l’adaptation est top, on n’a pas l’impression que ça ait été trop synthétisé car il ne nous manque aucun détail pour comprendre l’histoire. Je ne sais pas si j’aurais envie de lire le roman tant la BD remplit pour moi toutes les cases : une histoire complète, des visuels super soignés qui nous immergent vite dans le cadre de l’histoire, des personnages magnifiques et il y a même une belle poésie dans certains passages. En plus, aucune frustration arrivé à la fin de ce qui n’est qu’un premier tome. Ici, on a bien une aventure en entier de la bande d’enfants et ça donne envie de découvrir leurs prochaines aventures. Que demander de plus à cette BD à part d’avoir la suite ?

009

Ma notation :

Une belle adaptation BD pour une série à suivre !

(Livre lu dans le cadre des Masse Critique Babelio)

Le col de Py, Espé

Quatrième de couverture :

« Certaines histoires s’inventent, d’autres se racontent… Une transmission d’amour et de vie entre deux êtres. » Camille et Bastien attendent leur deuxième enfant. Un moment de joie. Mais le bonheur est de courte durée. A la naissance de Louis, le diagnostic tombe. Louis est atteint de graves malformations cardiaques. Vu son âge, l’important est de gagner du temps avant une intervention qui peut s’avérer fatale… Durant ces mois de tension et d’incompréhension, les parents trouvent du réconfort auprès du père de Camille, qui vient les aider malgré le cancer qui le ronge petit il petit… Ces longs moments d’attente vont se transformer en mois d’échanges, de jeux, de tendresse, d’émotion et d’amour entre Louis et Pablo, qui resteront à jamais gravés dans leur vie.

L’avis de Laure :

Mon mari m’a offert cette BD et le choix est parfait, exactement ce que j’aime tant du point de vue des graphismes que de l’histoire. Je ne connaissais pas Espé mais je serai assez curieuse de le relire car j’ai beaucoup aimé son univers.

Ici, c’est sa propre histoire qu’il relate, celle d’un homme heureux de devenir père. Pourtant, le jour de la naissance du petit Louis, c’est un parcours du combattant qui va débuter pour la famille. Un problème cardiaque est diagnostiqué au petit garçon. Pendant plusieurs années, à chaque consultation de suivi, le médecin pèse les choses : opérer de suite, attendre encore. On ressent très bien cette épée de Damoclès qui s’approche, que l’on sait inéluctable, le sursis gagné plusieurs fois, quelques mois mais toujours avec la boule au ventre.

C’est une maladie qui va marquer toute la famille mais qui les trouvera soudés avec la présence notamment si aimante du grand père, qui est en train de se battre lui-même contre un cancer et qui va pourtant répondre présent pour s’occuper de ses petits enfants.

C’est une lecture très émouvante, j’ai beaucoup aimé les dessins et il est parfois difficile de retenir ses larmes à certains passages de l’histoire. On ressent la difficulté pour des parents d’accompagner un enfant dont la situation de santé est si fragile, l’angoisse permanente, le temps aussi qu’il faut dégager pour ce lourd suivi médical. Et puis, heureusement, on voit néanmoins le petit garçon grandir, heureux, aimé. Une très belle BD.

Ma notation :

Superbe, à découvrir sans hésiter.