Archives pour la catégorie Un livre : un avis

Conversations entre amis, Sally Rooney

Quatrième de couverture :

Dublin, de nos jours. Frances et Bobbi, étudiantes et poètes-performeuses, rencontrent Melissa, photographe et écrivain, et son mari Nick, acteur. Ensemble, ils refont le monde, critiquent le capitalisme, prennent des photographies, écrivent, vivent. C’est le début d’une histoire d’amitié et de séduction menant à un « mariage à quatre » où la confusion des sentiments fait rage : quand Frances tombe follement amoureuse de Nick et vit avec lui une liaison torride, elle menace soudainement l’équilibre global de leur amitié.

Mais Conversations entre amis n’est pas qu’une banale histoire d’adultère : c’est avant tout le portrait attachant, empathique, des jeunes gens contemporains, ces millenials qui ne parviennent pas à trouver leur place dans le monde que leur ont laissé leurs aînés. La voix de Frances, poétique, désinvolte, parfois naïve, d’une extraordinaire fraîcheur est, par de multiples aspects, celle de sa génération.

L’avis de Laure :

J’ai eu le plaisir de découvrir cette lecture en duo avec @aa2liiinee et il y a des livres comme ça dont on se souviendra encore plus justement parce que ce sont des lectures que l’on a partagées. Et ici, nous avons toutes les deux partagé un même ressenti pour cette lecture déroutante.

Je ne m’attendais à rien de particulier en partant à la rencontre de Frances et Bobbi. C’est une histoire d’aujourd’hui, de jeunes gens d’aujourd’hui mais bien éloignée de mon monde à moi (merci de ne pas dire que je suis trop vieille !). Frances et Bobbi sont étudiantes lorsqu’elles rencontrent Melissa et son mari Nick. Une jolie amitié d’abord entre cette petite bande et puis… des liens plus personnels vont émerger entre Frances et Nick. Une histoire de sexe comme bien d’autres…

Dans le dos de Melissa, qui n’a jamais été fidèle à Nick elle non plus, Frances va voir Nick, partager son lit, ses jours et de nombreuses discussions. Ah là là comment vous expliquer à quel point ce roman m’a décontenancée ? Je n’ai rien contre l’infidélité, elle est le sujet de bien des romans même s’il est plus rare de connaitre aussi l’épouse de son amant comme c’est le cas pour Frances. J’ai lu cette histoire très rapidement, preuve qu’elle a su m’attacher mais je ne saurai vous expliquer pourquoi. Ce ne sont pas les personnages en eux mêmes qui m’ont émue, ni leur histoire au demeurant assez banale. Et pourtant, j’ai aimé ce roman et serai incapable de vous expliquer pourquoi ! Et ce constat est bien déstabilisant pour une lectrice.

Peut-être que Sally Rooney arrive à créer chez nous une immersion particulière, à faire en sorte qu’on lise les histoires de ses personnages, avec cette morale qui n’est pas forcément la notre. Et pourtant, jamais elle ne m’a donné envie de juger (en mal ou en bien) Frances. C’est comme une histoire qui survient cette infidélité, elle n’est ni calculée ni expliquée, elle est là c’est tout. Les jours passent dans cette situation et l’on se laisse porter. Alors je me suis laissée porter avec Frances. Et c’était plutôt chouette. Il me tarde à présent de lire le second roman de Sally Rooney pour comprendre un peu plus cette mystérieuse expérience de lecture qu’elle m’a fait vivre.

Ma notation :

Une lecture bien déroutante qui me donne envie de lire le second roman de Sally Rooney pour comprendre un peu mieux ce qu’elle livre à ses lecteurs.

Merci à Julie des éditions Points pour cette lecture

La lumière était si parfaite, Carène Ponte

2ED7yER8ROOryPXqwVqD4Q

Quatrième de couverture :

Comment sa vie a-t-elle pu lui échapper à ce point ? Devenue mère au foyer à la naissance de ses enfants, Megg fait face aujourd’hui à une ado en crise qu’elle ne reconnaît plus. Son mari ne se préoccupe guère des tâches quotidiennes. Et puis il y a eu le coup de grâce, cette saleté d’infarctus qui a fauché sa mère avant l’heure. Tandis qu’elle se résout à vider la maison de son enfance, Megg déniche une pellicule photo qui l’intrigue, et décide de la faire développer. Rien ne pouvait la préparer à la série de clichés qu’elle découvre alors… Une révélation qui bouleversera sa vie. Partie sur les traces d’un passé maternel dont elle ignore tout, Megg ne se doute pas que c’est son avenir qu’elle est en train de reprendre en main.

L’avis d’Audrey:

Vous êtes mère de famille ? Vous vous sentez un peu (voire beaucoup) dépassée par le quotidien ? Vous enchainez dans la même journée les courses, la cuisine, les papiers, l’école, les caprices ou autres demandes farfelues de vos enfants et de votre cher et tendre et surtout vous n’avez plus le temps de penser à vous ? Alors vous ressemblez à Meg, l’héroïne de ce roman.

C’est le quotidien de Meg, et ajoutez à cela le décès de sa maman survenu il y a quelques mois et des relations très tendues avec Lalie, son adolescente de fille, on comprend vite qu’elle a tout pour péter un plomb. Pourtant elle reste debout, malgré quelques crises de larmes et moments de détresse.

Heureusement, elle peut compter sur sa voisine Romie, une jeune femme volubile et pétillante, toujours prête à lui changer les idées. Romie a le don de s’imposer dans de nombreuses circonstances, et elle sera présente d’ailleurs lorsqu’en vidant le grenier de la maison de ses parents, Meg va tomber sur quelques photos qui vont la bouleverser et lui faire voir sa mère sous un angle nouveau. Passé le choc, les questions affluent. Vient le moment de prendre quelques jours pour répondre à ces interrogations. La voilà prête… ou pas, pour un road trip vers la Bulgarie avec Romie. Elle embarque avec elle également sa fille, pensant qu’il est grand temps de renouer avec elle.

Quelle joie de retrouver la plume de Carène. J’ai dévoré ce roman. Dès les premières lignes, je pense que beaucoup de mères/épouses ne pourront que s’identifier à Meg. L’auteure a le don de nous livrer des personnages véritables, qui nous ressemblent, qui vivent comme nous, avec les mêmes préoccupations et les mêmes bonheurs.

Un roman qui mêle plusieurs histoires à travers le personnage de Meg. Sa relation mère/fille compliquée avec Lalie, mais aussi la relation qu’elle avait avec sa propre mère. Une relation fusionnelle qui lui manque tant. Mais c’est aussi l’histoire d’un couple, du quotidien avec Stéphane, après 20 ans de relation. Un couple qui s’étiole, des gestes d’amour plus discrets, plus rares. Les événements qui arrivent, c’est aussi pour Meg le moment de s’interroger sur sa place de femme, sur ses envies, ses propres aspirations et la façon d’être peut-être davantage heureuse.

J’ai aimé toute les émotions qui se dégagent de l’histoire. L’auteure alterne entre passages très touchants qui contrastent avec d’autres plus légers et marrants. Une scène du roman m’a beaucoup émue : elle est décrite avec beaucoup de délicatesse et de sensibilité, réussissant à m’embuer les yeux.

Ma notation:

Pas de mauvaise surprise avec ce roman de Carène Ponte. Encore une fois un excellent moment de lecture qui divertit, fait sourire, met du baume au cœur et illumine pour un temps un quotidien morose.

fleuve

(Merci à Estelle des éditions Fleuve pour cette lecture)

Le col de Py, Espé

Quatrième de couverture :

« Certaines histoires s’inventent, d’autres se racontent… Une transmission d’amour et de vie entre deux êtres. » Camille et Bastien attendent leur deuxième enfant. Un moment de joie. Mais le bonheur est de courte durée. A la naissance de Louis, le diagnostic tombe. Louis est atteint de graves malformations cardiaques. Vu son âge, l’important est de gagner du temps avant une intervention qui peut s’avérer fatale… Durant ces mois de tension et d’incompréhension, les parents trouvent du réconfort auprès du père de Camille, qui vient les aider malgré le cancer qui le ronge petit il petit… Ces longs moments d’attente vont se transformer en mois d’échanges, de jeux, de tendresse, d’émotion et d’amour entre Louis et Pablo, qui resteront à jamais gravés dans leur vie.

L’avis de Laure :

Mon mari m’a offert cette BD et le choix est parfait, exactement ce que j’aime tant du point de vue des graphismes que de l’histoire. Je ne connaissais pas Espé mais je serai assez curieuse de le relire car j’ai beaucoup aimé son univers.

Ici, c’est sa propre histoire qu’il relate, celle d’un homme heureux de devenir père. Pourtant, le jour de la naissance du petit Louis, c’est un parcours du combattant qui va débuter pour la famille. Un problème cardiaque est diagnostiqué au petit garçon. Pendant plusieurs années, à chaque consultation de suivi, le médecin pèse les choses : opérer de suite, attendre encore. On ressent très bien cette épée de Damoclès qui s’approche, que l’on sait inéluctable, le sursis gagné plusieurs fois, quelques mois mais toujours avec la boule au ventre.

C’est une maladie qui va marquer toute la famille mais qui les trouvera soudés avec la présence notamment si aimante du grand père, qui est en train de se battre lui-même contre un cancer et qui va pourtant répondre présent pour s’occuper de ses petits enfants.

C’est une lecture très émouvante, j’ai beaucoup aimé les dessins et il est parfois difficile de retenir ses larmes à certains passages de l’histoire. On ressent la difficulté pour des parents d’accompagner un enfant dont la situation de santé est si fragile, l’angoisse permanente, le temps aussi qu’il faut dégager pour ce lourd suivi médical. Et puis, heureusement, on voit néanmoins le petit garçon grandir, heureux, aimé. Une très belle BD.

Ma notation :

Superbe, à découvrir sans hésiter.

Les 12 travaux d’Emeraude Kelly qui voulait changer sa vie, Carole-Anne Eschenazi

Quatrième de couverture :

Nom : Kelly Prénom : Émeraude Cheveux : roux Yeux : verts Âge : 33 ans Profession : chef de produit marketing pour la société Dulac Arrosoirs Situation sentimentale : à l’heure actuelle, néant ! Hobbies : lire des livres, voir des films, caresser mon chat Péché mignon : le chocolat blanc Emmy ne le dit pas dans sa fiche signalétique, mais elle attend tellement plus de la vie ! Fort heureusement, en acceptant les 12 défis proposés par la mystérieuse Maud, sa vie risque bien de changer rapidement…

L’avis de Laure :

Je me suis offert ce roman l’an dernier pour mon anniversaire (auto cadeau d’anniversaire confiné) et je l’ai finalement lu en moins d’un an puisque mon anniversaire (de nouveau confiné) sera pour la fin du mois. J’avais déjà lu Carole-Anne Eschenazi et ce titre à rallonge et amusant me faisait envie.

Emeraude Kelly c’est cette jeune femme qui subit plus qu’elle ne vit sa vie : un métier non épanouissant, de supers amis mais pas d’amoureux, elle a l’impression que les autres accomplissent ce dont elle rêve pour elle-même. Et puis un jour, elle rencontre Maud, mystérieuse femme haute en couleur, une coach aussi passionnée par l’univers Disney qu’Emmy. Toutes deux sont fans de Mary Poppins et très vite, Maud propose à Emmy de la coacher pour qu’elle puisse changer sa vie.

Elles se lancent alors dans les 12 travaux qui vont changer la vie d’Emmy, 12 travaux progressifs que j’ai lus avec intérêt. La première chose sur laquelle Maud va faire travailler Emmy c’est avant tout son regard sur les choses et non pas sur les choses elles-mêmes. Je trouve ça très juste car finalement on va amener de l’acceptation : acceptation des kilos en trop qui ne sont pas une fatalité, arriver à passer outre les remarques qu’elle peut entendre au niveau professionnel. Des conseils plein de bon sens que je n’aurais aucun mal à imaginer adaptés à ma vie.

Alors bien sûr, ça reste un roman et le côté développement personnel est bien présent donc je sais qu’il ne plaira pas à tous. Pour ma part, j’ai passé un bon moment, j’ai beaucoup apprécié la rencontre pleine de bienveillance qu’Emmy va faire et qui lui confirmera que le prince charmant de ses rêves existe bien. Et surtout, il y a ce lâcher prise face à des éléments de sa vie et cette nouvelle détermination à accomplir ses rêves. Et c’est quelque chose qu’on aimerait tous parvenir à faire !

Ma notation :

Un roman de développement personnel dont le message est très adapté à ce que nous recherchons dans la vie.