Archives pour la catégorie Mélie

Mémoires d’une femme de ménage, Isaure

Quatrième de couverture :

« Ce livre raconte comment je suis devenue votre ombre. Celle qui effleure la surface des objets et rend présentable l’inavouable. Celle qui ouvre les tiroirs, connaît l’envers de vos vies mais file, discrète, à la fin de la journée. Celle qui ne parle pas, prend son chèque et vous remercie. »
Armée d’un bac + 5, Isaure choisit un métier déconcertant : femme de ménage. Elle range, nettoie, arrange ; écoute les confidences des uns, encaisse les avanies des autres. Et en profite pour régler ses comptes avec le système, tout en lucidité et cruauté. Avec sa verve corrosive et son insolence décapante, cette non-conformiste dégraisse de fond en comble le mode de vie de ses employeurs.

L’avis de Mélie :

Sympa ! Après Les tribulations d’une caissière, j’ai été attirée par ce court récit. Se laisse lire vite et agréablement, bien que l’on se répète finalement un peu (à mon goût) et que l’on puisse (toujours à mon goût) regretter que le peu d’allusions à la vie « autour » des scénettes ne soient en aucun cas creusées. Sinon ben… Cela m’a donné envie de faire mon ménage ! Hé oui. Et permis de poursuivre ma réflexion sur la corrélation entre les longues études que l’on nous invite à suivre et les perspectives professionnelles auxquelles on peut s’attendre, mais ceci est un autre débat…
Ma notation :

Ça se laisse lire.
Retrouvez aussi Isaure sur son blog, c’est ICI !

Vous avez également lu Mémoires d’une femme de ménage ? Laissez nous un petit mot pour que votre avis sur le livre soit ajouté sur la fiche. Dès 5 avis de lecteurs, nous pourrons donner une note sur 20 au roman. Alors, dans quelle catégorie classeriez-vous cette lecture : c’est un coup de cœur / j’ai adoré / j’ai aimé / j’ai trouvé que ça se laissait lire / je n’ai pas aimé / je n’ai pas pu le lire en entier ?

Millénium, Stieg Larson


Millénium est une saga qui se compose de 3 romans :
Les hommes qui n’aimaient pas les femmes
La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette
La reine du palais des courants d’air

Il est tout à fait possible de ne pas lire la saga en entier, on peut lire le premier tome sans rester sur sa faim car chaque roman nous fait suivre une enquête différente. Toutefois, lire les 2ème et 3ème tome sans avoir lu le premier laisserait le lecteur trop dans le flou des situations passées de la vie de chaque personnage. De même, une fois le second tome lu, il est fort possible que vous souhaitiez enchaîner sur le troisième pour découvrir ce que va devenir l’un des personnages principaux.

A savoir sur Millénium :
– L’auteur, Stieg Larsson est malheureusement décédé d’une crise cardiaque à l’âge de 50 ans en 2004.
– La série Millénium a été publiée entre 2005 et 2008 et l’auteur n’aura donc pas eu la chance de connaître le succès de son vivant.
– Les 3 tomes ont déjà fait l’objet d’une adaptation au cinéma en Suède et aux Etats Unis (2 adaptations différentes).
– Il y a même une adaptation BD qui est en cours et dont le premier tome est sorti au mois d’avril 2013.


Quatrième de couverture : 


Ancien rédacteur de Millénium, revue d’investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d’une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu’un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires. Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée placée sous contrôle social mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu’il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés, jusqu’au jour où une intuition lui fait reprendre un dossier. Régulièrement bousculés, par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers, lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l’écorchée vive vont résoudre l’affaire des fleurs séchées et découvrir ce qu’il faudrait peut être taire.

Tandis que Lisbeth Salander coule des journées supposées tranquilles aux Caraïbes, Mikael Blomkvist, réhabilité, victorieux, est prêt à lancer un numéro spécial de Millénium sur un thème brûlant pour des gens hauts placés : une sombre histoire de prostituées exportées des pays de l’Est. Mikael aimerait surtout revoir Lisbeth. Il la retrouve sur son chemin, mais pas vraiment comme prévu : un soir, dans une rue de Stockholm, il la voit échapper de peu à une agression manifestement très planifiée. Enquêter sur des sujets qui fâchent mafieux et politiciens n’est ce qu’on souhaite à de jeunes journalistes amoureux de la vie. Deux meurtres se succèdent, les victimes enquêtaient pour Millénium. Pire que tout, la police et les médias vont bientôt traquer Lisbeth, coupable toute désignée et qu’on a vite fait de qualifier de tueuse en série au passé psychologique lourdement chargé. Mais qui était cette gamine attachée sur un lit, exposée aux caprices d’un maniaque et qui survivait en rêvant d’un bidon d’essence et d’une allumette ? S’agissait-il d’une des filles des pays de l’Est, y a-t-il une hypothèse plus compliquée encore ?



Coincée dans une chambre d’hôpital sous bonne garde policière, Lisbeth est l’enjeu du combat décisif entre Mikael et les forces du bien d’une part, la Säpo et toutes les aberrations d’un système d’autre part. Coincée, oui, inactive, peut-être pas…








L’avis de Mélie :

Je ne pensais pas apprécier. A priori pas fan de ce type d’ouvrage (bah quoi, rien que la couverture et le titre ça fait peur !!), et initialement déroutée par le nombre de personnages, on peut dire que j’ai fini par accrocher ! Un roman « dur », mais prenant, des personnages bordelines mais on ne peut plus attachants… Le sentiment de lire une saga, et très franchement, j’aurais aimé connaître la suite de la vie de nos héros !
Généralement, je suis plutôt sceptique lorsqu’il s’agit d’un ouvrage dont « tout le monde parle », mais je dois admettre que, pour le coup, j’ai vraiment adhéré !

On se prend au jeu, le suspense est là mais la galerie de personnages est loin d’être négligée pour autant. Ici, pas de manichéisme, mais des personnalités et d’autant plus surprenantes…


L’avis de MadameOurse : 

Il s’en est fallu de peu que j’abandonne la lecture du premier tome. En effet, je n’ai commencé à accrocher à l’histoire qu’au bout de 150 pages ! Le roman est plein de détails sur les personnages et leur vie passée, sur la Suède où se déroule l’action. Il m’a été difficile de m’y plonger car je ne connais pas du tout la Suède et son fonctionnement alors quand il est question du régime politique du pays j’étais un peu larguée. Et puis j’avais du mal aussi avec les noms propres, que ce soient les noms de familles des personnages ou les noms des villes du pays, tout ça c’est du suédois, autant dire du chinois pour moi !
Mais passé ce stade de ma lecture, je me suis retrouvée emportée dans l’histoire, dans ces enquêtes pleines de suspense et de rebondissements. Le personnage de Lisbeth est un personnage totalement déroutant : extrêmement intelligente, socialement si fragile mais avec une telle force de caractère ! Physiquement frêle, elle est pourtant capable de combattre le plus terrible des gorilles. Ce n’est clairement pas là un personnage habituel et rien que ça nous change totalement de certains romans.
Je conseillerai ce livre à toutes celles qui ont envie d’explorer un univers assez sombre (les sujets sur lesquels Mikael et Lisbeth enquêtent ne sont vraiment pas des sujets faciles) mais riche et détaillé. Si, passé le premier tome, vous avez envie d’enchaîner sur les 2 autres, je vous conseille de ne pas trop espacer les lectures car on oublie vite les divers (et nombreux) personnages secondaires avec le temps.




Vous avez également lu Millénium ? Laissez nous un petit mot pour que votre avis sur le livre soit ajouté sur la fiche. Dès 5 avis de lecteurs, nous pourrons donner une note sur 20 au roman. Alors, dans quelle catégorie classeriez-vous cette lecture : c’est un coup de cœur / j’ai adoré / j’ai aimé / j’ai trouvé que ça se laissait lire / je n’ai pas aimé / je n’ai pas pu le lire en entier ?

Moi, l’amour et autres catastrophes, Karen Templeton

Quatrième de couverture :

Se faire faire abandonner par son fiancé juste devant l’autel n’est jamais une partie de plaisir, mais quand dans la même semaine vous perdez votre appartement et votre emploi, c’est carrément la catastrophe ! Et je sais de quoi je parle puisque c’est très exactement ce qui vient de m’arriver. Au début, j’ai d’ailleurs même cru que jamais je n’allais m’en remettre. Pourtant, quelques centaines de litres de glace Ben & Jerry’s plus tard, j’ai décidé qu’il était temps de contre-attaquer. Il est hors de question que moi, Ginger Petrocelli, New-Yorkaise branchée, décoratrice d’intérieur talentueuse, fille modèle et meilleure amie exemplaire, je finisse ma vie célibataire, dans la chambre d’amis de chez mes parents. Je vais donc me trouver un boulot et un toit au plus vite. Et pourquoi pas l’homme de ma vie par la même occasion ?

L’avis de Mélie :

J’ai aimé !

Un roman féminin sympathique. L’histoire est, pour l’essentiel, cousue de fil blanc, mais se lit avec plaisir. On se prend à croiser les doigts pour cette héroïne que rien n’épargne mais qui, malgré tout, garde la foi en se soignant à coup de glaces… Tout comme nous 🙂

J’en retiens une belle brochette de personnages attachants et bien dépeints, tour à tout drôles et touchants !

Vous avez également lu Moi, l’amour et autres catastrophes ? Laissez nous un petit mot pour que votre avis sur le livre soit ajouté sur la fiche. Dès 5 avis de lecteurs, nous pourrons donner une note sur 20 au roman. Alors, dans quelle catégorie classeriez-vous cette lecture : c’est un coup de cœur / j’ai adoré / j’ai aimé / j’ai trouvé que ça se laissait lire / je n’ai pas aimé / je n’ai pas pu le lire en entier ?

La lectrice de la semaine

Voici une nouvelle catégorie sur le blog où nous vous présenterons chaque semaine une lectrice qui nous parlera de ses goûts, de ses livres coups de cœur, de ceux qu’elle n’a pas aimés et qui nous expliquera comment lui est venu ce goût de la lecture.

Cette semaine, c’est Mélie qui se prête au jeu ! Merci à elle.

La liseuse :  Comment t’est venu l’amour de la lecture ?
Mélie : Hum… Difficile de m’en souvenir. Je sais en tous cas avoir « toujours » aimé lire. Petite, pas toujours sage (ben oui !), j’étais, en cas de besoin, privée de lecture ! J’aimais piquer les bouquins de ma Maman, peut-être pour jouer à la grande ?
Lire, finalement, c’est voyager et découvrir sans trop bouger. Des cultures ou univers différents, mais aussi (et surtout, dans mon cas), de nouvelles personnalités.

La liseuse : A quel(s) moment(s) de la journée et où lis-tu ?
Mélie : Vivre en banlieue a largement contribué à l’agrandissement de ma bibliothèque, transports en commun oblige… Je lis le midi, en pause-déjeuner, et en soirée. De temps en temps, le week-end, lors d’un après-midi pluvieux.
La liseuse : Tu lis sur papier ou sur écran ?
Mélie : Je pensais ne jamais pouvoir passer à l’écran. J’aime mes bouquins, je trouve qu’une bibliothèque donne du charme à un logement. Et pourtant… Je viens d’adopter ma petite liseuse, faute de place (parce qu’en plus, j’aime garder mes livres !). Tout n’existant pas en version numérique, j’alterne.
La liseuse : Où te fournis-tu ? Es-tu inscrite à la bibliothèque ?
Mélie : Lorsque je cherche un ouvrage précis, repéré par exemple dans un magazine ou au détour d’une conversation, j’ai tendance à me fournir sur une librairie en ligne. Parallèlement, j’aime fouiner dans des « librairies de quartier » et dénicher un roman au cours d’une promenade. Je ne suis pas inscrite en bibliothèque, mais c’est une idée à étudier !

La liseuse : Que lisais-tu quand tu étais enfant / adolescente ?
Mélie : J’ai fait mes « vrais premiers pas » avec les bibliothèques roses et vertes… La comtesse de Ségur, Les six compagnons de Bonzon, et tout un tas d’histoires farfelues !
J’ai enchaîné avec les Mary Higgings Clark piqués à ma mère, Patricia Cornwell… Et de nombreux « témoignages » (Moi, Christiane F, L’herbe bleue, etc.).
J’ai aussi lu l’intégralité de La petite maison dans la prairie. Il me semble que la série télé est plus connue (pas par moi ceci dit !!) mais les livres m’ont énormément marquée… J’ai adoré !
Découverte grâce au collège du « théâtre absurde », Ionesco en particulier, que j’ai bien apprécié.

La liseuse : Quels types de livres t’attirent le plus ? Et ceux que tu n’aimes pas ?
Mélie : Je garde un intérêt marqué pour les « livres de témoignage ». Quoiqu’il en soit, histoire réelle ou non, j’aime qu’un personnage soit creusé. Je suis en générale attirée par les romans de notre époque.
J’aime aussi, de temps à autre, lire une mini-encyclopédie type « Que sais-je » sur un sujet qui m’interpelle.
La science-fiction m’intéresse moins !

La liseuse : Quel est ton rythme de lecture ?
Mélie : Malheureusement, je lis moins depuis la fin des études. Pourquoi d’ailleurs ? C’est par phase néanmoins. Je peux dévorer un ou deux livres par semaine, ou en faire traîner un sur le mois, en lire deux ou trois à la fois…

La liseuse : Que lis-tu en ce moment ?
Mélie : Moi, l’amour et autres catastrophes de Karen Templeton. Un livre de fille, sans prétention, mais qui pour l’instant se laisse bien lire !

La liseuse : Un roman que tu n’as pas pu finir ?
Mélie : Il s’agit en fait d’un essai, Le mythe de Sisyphe, d’Albert Camus. Je VEUX le lire ! J’ai tenté le coup à différentes reprises, sans succès jusqu’à présent. J’avais le sentiment de ne pas tout comprendre, faute de référence… Mais je n’abandonne pas !

La liseuse : Quels sont tes auteurs fétiches ?
Mélie : Albert Camus, pour La Chute notamment…
J’aime beaucoup Douglas Kennedy (bien que déçue par le dernier que j’ai pu lire !).
Nancy Hustson, découverte plus récemment.

La liseuse : Quels sont tes romans coup de cœur ?
Mélie : La Chute de Camus ! Moins connu que d’autres, étrangement. Ce livre est indescriptible, ne serait-ce que par sa forme (un dialogue au cours duquel on n’entendrait que l’un des protagonistes). J’ai beaucoup aimé de nombreux romans de Douglas Kennedy, Rien de grave de Justine Levy, Le maître des illusions, de Donna Tartt…

Il y en a tant !

Merci beaucoup à Mélie pour sa participation. Si vous avez envie vous aussi de devenir notre lectrice de la semaine, rien de plus simple : un petit mail, un commentaire… Vous pouvez même directement nous envoyer vos réponses à « l’interview » sur notre boîte mail en reprenant les questions ci-dessus. N’hésitez pas; faites nous découvrir la lectrice qui sommeille en vous !

(Image d’illustration by Mélie)