C’est auprès d’elle, Dorothée Catoune

017

Quatrième de couverture :

NE JAMAIS JUGER SON PROCHAIN SANS LE CONNAÎTRE

Une voiture stationnée sur un parking est percutée sous les yeux d’une boulangère. Un pompier arrivé sur les lieux explique que la principale victime est un bébé de neuf mois, resté seul dans le véhicule pendant que sa mère achetait du pain. L’infirmier qui soigne l’enfant décrit la longue convalescence de ce dernier. Se succèdent ainsi plusieurs personnes dont le seul point commun est d’avoir croisé la route de Marie, la mère de cet enfant. Chacun y va de son impression et de son jugement.
Mais qui est réellement Marie ?
Mêlant humour et gravité, ce roman montre que la vie est faite de chutes, de virages, de remontées et d’amour. Mais aussi de belles surprises, lorsque l’on sait s’affranchir des regards accusateurs.

L’avis de Laure :

Je sais qu’il va m’être difficile de parler de ce roman. Il m’a intrigué comme tous les romans où un personnage subit le jugement de la société. Dorothée Catoune illustre bien cette société par une narration choisie : un roman qui débute par plusieurs courts chapitres où chaque personnage va être amené à parler d’Elle, Marie. En la jugeant puisque chacun a un avis sur tout.

Ce n’est qu’ensuite que Marie pourra prendre la parole, nous racontant sa vie à travers les gens qu’elle a côtoyés au fil des années.  Cette vie qui aboutit à un bébé mis en danger. Pourquoi, comment ?

Malheureusement, je n’ai pas réussi avec ce roman. A me laisser emporter, à m’immerger assez pour que le récit me touche. D’abord avec ces récits des autres, cela va trop vite. Je n’ai pas été dans le jugement de Marie à ce stade là parce qu’on ne sait rien d’elle alors pourquoi juger ? Qu’importe ce qu’en disent les autres.

Et puis, quand c’est à Marie de prendre la parole, je ne sais pas, l’attachement ne s’est pas fait avec ce personnage et je crois que ça a conditionné la suite de ma lecture, ne m’emportant pas dans les émotions pourtant attendues avec ce roman. Alors, si je salue l’originalité du procédé, je regrette néanmoins de ne pas avoir été emportée. Mais je compte sur vous pour me raconter si, de votre côté, les émotions ont été au RDV.

Ma notation :

Une déception.

(Merci à Mylène de L’Archipel pour cette lecture)

Publicité

Un commentaire sur « C’est auprès d’elle, Dorothée Catoune »

  1. J’aime bien ton avis… justifié et positif malgré une petite déception. On sent que ce roman n’a pas fonctionné entre lui et toi mais tu ouvres la porte à d’autres connexions….
    J’adore les couvertures de cette collection mais j’ai été peu emportée par les romans que j’ai lus.
    Le thème de celui-là me plaît, ces différents points de vue me tentent. Le procédé est intéressant. Je note le titre et je verrai si, un jour, je fais sa rencontre.
    Merci pour cette chronique.

    Aimé par 1 personne

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s