Quand tu écouteras cette chanson, Lola Lafon

41iz+8yczsL._SX195_

Quatrième de couverture :

Le 18 août 2021, j’ai passé la nuit au Musée Anne Frank, dans l’Annexe. Anne Frank, que tout le monde connaît tellement qu’il n’en sait pas grand-chose. Comment l’appeler, son célèbre journal, que tous les écoliers ont lu et dont aucun adulte ne se souvient vraiment? Est-ce un témoignage, un testament, une œuvre?
Celle d’une jeune fille, qui n’aura pour tout voyage qu’un escalier à monter et à descendre, moins d’une quarantaine de mètres carrés à arpenter, sept cent soixante jours durant. La nuit, je l’imaginais semblable à un recueillement, à un silence. J’imaginais la nuit propice à accueillir l’absence d’Anne Frank. Mais je me suis trompée. La nuit s’est habitée, éclairée de reflets; au cœur de l’Annexe, une urgence se tenait tapie encore, à retrouver.

L’avis d’Audrey :

Ce roman est paru dans la collection Ma nuit au musée des éditions Stock. Plusieurs auteurs ont participé avec cette question: « Quelles émotions peut bien provoquer une nuit passée seul dans un musée?

Lola Lafon  a choisi de passer une nuit au musée Anne Frank. Presque une évidence pour elle. Mais passer une nuit, seule, dans cette annexe étroite et si imprégnée par l’âme d’Anne et des siens est-il si simple?

On connait tous cette jeune fille, son journal, l’histoire derrière ce journal. On a tous en mémoire le visage de cette jeune fille, derrière un bureau avec un crayon à la main. Mais que connaissons-vous vraiment d’Anne? Que connaissons d’Otto, son père, seul survivant de l’arrestation qui va décimer la famille.

Ce livre m’a passionné, m’a ému. Les chapitres de l’auteure, court et bref, comme des respirations m’ont touché d’une façon bien particulière. En lisant ce livre, on passe nous aussi quelques heures dans la grandeur et le solennité qu’impose  ce lieu. Mais on entre aussi dans l’intimité de l’auteure. A travers cette expérience nocturne, c’est une part d’elle qu’elle livre également. Un récit pour parler des siens, de ses origines, de son rapport à la judéité notamment.

Puis ce titre, un titre qui prend tout son sens, lorsque Lola se confie sur une rencontre de son enfance. Tout un symbole et un souvenir si sacré.

Ma notation:

Soufflée par cette lecture. Je vais bien vite retenter l’expérience de cette nuit au musée avec un autre auteur de la collection.

Publicité

3 commentaires sur « Quand tu écouteras cette chanson, Lola Lafon »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s