La cuisinière de Castamar, Fernando J. Munez

006

Quatrième de couverture :

Madrid, 1720.

Protégée de l’immensité vertigineuse du ciel sous une cargaison de paille, Clara Belmonte a pris son courage à deux mains pour entreprendre le voyage jusqu’au domaine de Castamar, où elle est attendue comme commise de cuisine dans le château ducal. La jeune orpheline madrilène espère y trouver un refuge après la mort de son père et la ruine de sa famille.

À son arrivée, elle découvre la demeure en effervescence : don Diego, le taciturne et mystérieux duc qui s’était enterré dans sa propriété à la suite de son veuvage, a décidé de reprendre sa place dans la société aristocratique. Tous les grands d’Espagne sont attendus pour les festivités données en l’honneur de doña Alba, la maîtresse de maison décédée neuf ans plus tôt.
Du majordome aux femmes de chambre, chacun s’active pour faire de cette fête un événement spectaculaire.

Mais quand Clara attire l’attention de don Diego, elle vient bouleverser la routine bien rodée de la maisonnée.
Entre intrigues de cour et sentiments naissants, cette rencontre pourrait changer des destins qui semblaient tout tracés.

Porté par une intrigue au rythme endiablé, un grand roman d’amour et d’aventure qui nous plonge dans les châteaux de l’aristocratie espagnole du XVIIIe siècle.

L’avis de Laure :

Lorsque j’ai reçu ce roman, je ne m’attendais pas à un tel pavé puis lorsque je l’ai débuté j’ai très vite pris peur. Non pas à cause de sa longueur mais parce que je ne parvenais pas à y entrer. J’ai hésité à abandonner et j’ai persévéré peu à peu car une partie du roman me plaisait tandis qu’une autre me semblait longue et ennuyeuse.

J’ai adoré Clara dès le tout début, dès son voyage vers Castamar où elle va aider aux cuisines. La jeune fille bien éduquée nous réserve de belles surprises et j’ai adoré la voir évoluer, si vite, si facilement. Son talent de cuisinière se révèle très vite et on est donc forcément heureux de la reconnaissance qu’elle va obtenir. En revanche, au début du roman, j’ai eu du mal avec les autres personnages du roman : les nobles et leurs manigances. Il faut d’abord saisir qui est qui et puis entrer dans leurs histoires.

Au début, cela ne captivait pas du tout mais peu à peu le suspense a réussi à gagner mon attention. Et c’est pour cela que je peux vous parler de ce roman aujourd’hui. (puisque je ne parle jamais de mes abandons).

Ce roman est surprenant et mémorable pour ce qu’il apporte : des personnages différents et originaux, des relations sociales chamboulées à une époque où cela était si mal vu de sortir de son rang, des histoires d’amour elles aussi interdites mais qui vont pourtant se vivre au grand jour. Et une mystérieuse enquête, celle du décès de la duchesse de Castamar quelques années auparavant, un décès non accidentel comme on le comprendra vite et dont il faudra tirer de bien nombreuses ficelles avant de comprendre comment il a pu arriver.

Ce fut au final une lecture intéressante pour moi malgré un bémol sur le début du roman qui m’a semblé si laborieux et peu plaisant.

Ma notation :

La fin du roman a pu en rattraper le début mais je garderai un avis particulier sur ce roman qui a été une expérience de lecture difficile.

Merci aux éditions Charleston pour cette lecture

Un commentaire sur « La cuisinière de Castamar, Fernando J. Munez »

  1. Des fois ce sont ces lectures laborieuses qui deviennent celles dont on se souvient le plus 😉 Merci pour ce retour de lecture, tu donnes envie de le lire malgré le petit bémol. Bonne soirée 🙂

    J’aime

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s