Un mariage en été, Beatriz Williams

006

Quatrième de couverture :

Sur une île au large de la Nouvelle-Angleterre se joue une passionnante histoire d’amour, de trahison, de quête de pouvoir et de rédemption.

Miranda Schuyler n’est qu’une adolescente lorsqu’elle découvre Winthrop Island, durant l’été 1951, à l’occasion du mariage de sa mère et du richissime Hugh Fisher. Plongée dans une vie légère et glamour faite de pool parties et de sorties au Country Club, Miranda est également fascinée par la communauté de pêcheurs portugais installée sur l’île depuis des générations, et notamment par Joseph Vargas, le fils du gardien du phare.
Mais les rapprochements entre les deux clans sont mal vus. Et alors que Miranda tisse des liens de plus en plus forts avec Joseph, un drame éclate qui va bouleverser le destin de chacun…

Dix-huit ans plus tard, c’est une Miranda accablée qui revient à Winthrop. Mais loin de lui apporter la paix qu’elle espérait, son retour va raviver des plaies laissées béantes. Quels lourds secrets planent sur cette île coupée du monde ? Miranda parviendra-t-elle à briser l’omerta ?

L’avis de Laure :

Un mariage en été devait sortir en 2020 mais… Covid oblige, il n’arrive que maintenant. Je l’attendais donc depuis plus d’un an et malheureusement, la découverte n’a pas été à la hauteur de l’attente.

Autant j’avais été charmée par la saga des soeurs Schuyler, autant cette fois la mayonnaise n’a pas pris. J’ai pourtant retrouvé avec plaisir l’univers bien particulier de Beatriz Williams, ces familles bourgeoises qu’elle met en avant, qui vivent toujours dans des lieux préservés. Ici, c’est sur l’île de Winthrop Island que les locaux vont côtoyer les « Familles », mais sans trop se mêler car les univers sociaux des uns et des autres n’ont rien à voir.

L’histoire alterne entre 3 périodes : 1930, 1951 et 1969. On a l’impression que rien ne change sur la façon de vivre de l’île même si les personnages vieillissent. Le clivage entre les locaux et leurs vies moyennes et la bourgeoisie riche et bien pensante qui cache sa face sombre sera toujours présente en toile de fond. On sait, on sent que Beatriz Williams nous cache le lien entre les personnages, ce lien qui va venir expliquer pourquoi Joseph, le fils du gardien de phare, sera accusé et emprisonné pour le meurtre du beau père de Miranda. Les ingrédients étaient là, comme dans les précédents romans de l’auteure et je ne saurai pas vous expliquer pourquoi l’immersion, cette fois, n’a pas fonctionné pour moi.

Mais je garde en tête le bel univers de l’auteure, une façon d’écrire sur la bourgeoisie américaine qui me plait beaucoup, où l’on est amené à lire les confidences des personnages comme un récit que ledit personnage énoncerait sans même reprendre son souffle. Beatriz Williams a cet univers bien à elle qui fait que je resterai gourmande de la lire encore, parce qu’elle nous offre quelque chose que je n’ai rencontré avec aucun autre auteur.

Ma notation :

Une déception mais qui n’entache pas mon plaisir de lire Beatriz Williams.

Merci à Claire des éditions Belfond pour cette lecture.

 

Un commentaire sur « Un mariage en été, Beatriz Williams »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s