Déviation, Michael Fenris

203382856_1026792228060131_7731608640040537754_n

Quatrième de couverture :

Un car banal peuplé de quelques voyageurs qui ne se connaissent pas entre dans un tunnel… Et soudain tout bascule : les frontières du rationnel et de la réalité se mélangent, la vie dérape, car les passagers semblent tourner en rond dans un espace sans fin. Dans un tunnel, comment auraient-ils pu rater la sortie ? Piégés par cette distorsion de la réalité, les voyageurs désorientés sont alors attaqués par des coyotes anormalement grands et particulièrement agressifs.
Quelle solution ont-ils ? Rester dans le bus cerné par les animaux enragés ? Quitter le bus à la recherche d’une échappatoire ? Qui va se révéler être un leader dans le groupe ? Qui aura l’esprit d’équipe ? Sauront-ils s’allier ? Certains semblent cacher des secrets… Trouveront-ils la sortie avant d’être éliminés les uns après les autres par les animaux sauvages ?

L’avis d’Audrey :

Dans ce roman, on fait d’abord la connaissance de Jack Armstrong, un agent d’assurance qui vient de cambrioler une bijouterie. Il a réussi à échapper à la police, et on le retrouve alors qu’il s’apprête à prendre un bus. Dans ce car, c’est toute une galerie de personnages, bien différents des uns des autres qui prennent place. On a parmi la quinzaine de passagers, une journaliste hautaine, une dame très croyante, une jeune femme qui va passer un entretien d’embauche ou encore un homme lourdement handicapé. Se cache aussi parmi nos voyageur, un flic qui a été rencardé par un appel anonyme de la présence du malfrat. Il compte bien mettre la main sur lui et récupérer le magot qu’il doit transporter avec lui.

Peu de temps après le début du voyage, le chauffeur du bus est contraint de suivre une déviation. Il entre dans un tunnel, qui annonce le début des problèmes pour nos personnages. Au bout de plusieurs kilomètres, le tunnel semble sans fin. Pire encore, le bus se retrouve face à un énorme crevasse. Ils doivent faire demi-tour. A mesure que les kilomètres défilent, la peur et l’angoisse prennent place à bord de ce bus et les esprits s’échauffent. Le pire arrive quand ils sont attaqués par ce qui semble être des bêtes féroces. Comment sortir de ce tunnel ? Qui croire, à qui faire confiance pour s’en sortir? Entre ceux qui veulent rester dans le bus et ceux qui préfèrent sortir pour trouver une échappatoire, la bataille commence.

Un thriller bien original, un huis-clos terrifiant au sein d’un tunnel, dans lequel on se demande tout au long du roman ce qu’il va bien pouvoir advenir de nos personnages. Même si l’ensemble des voyageurs semblent un peu stéréotypés dans les descriptions et dans leurs agissements, ils forment ensemble le casting parfait d’une telle aventure inhumaine et angoissante. Plus on avance dans l’histoire, plus on doute de tout et de tous.

Le style d’écriture est assez cinématographique. Le final peut surprendre, même si pour ma part j’avais émis un large doute sur cette possibilité et une idée de twist déjà vu ailleurs. Je ne connaissais pas du tout cet auteur, et je vais surement me laisser tenter par un autre de ces romans cet été. J’ai repéré Le syndrome Noah, l’avez vous lu?

Ma notation:

C’était vraiment une expérience de lecture très agréable, avec un rythme assez dingue, à l’image d’une bonne série télé.

2 commentaires sur « Déviation, Michael Fenris »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s