[Duo lecture] Celle que je suis, Claire Norton

20

Pourquoi ce livre :

(Audrey) Claire Norton m’a séduite dès son premier roman. Il était impensable de ne pas découvrir ce titre.

(Laure) Comme Audrey j’ai lu plusieurs romans de l’auteure et celui-ci m’attirait par le thème des violences conjugales qui y est traité.

La couverture :

(Laure) Une couverture sobre pour une histoire si dure, ce duo mère-fils est vraiment au cœur du roman.

(Audrey) Cette mère et ce fils dégagent beaucoup de douceur et d’amour. Mais après ma lecture je regarde cette couverture différemment. 

La quatrième de couverture :

Valentine vit dans une petite résidence d’une ville de province. Elle travaille à temps partiel au rayon librairie d’une grande surface culturelle. Les livres sont sa seule évasion ; son seul exutoire, le journal intime qu’elle cache dans le coffre à jouets de son fils. Et son seul bonheur, cet enfant, Nathan, qui vient de souffler ses six bougies.
Pour le reste, Valentine vit dans la terreur qu’au moindre faux pas, la colère et la jalousie de son mari se reportent sur Nathan… L’arrivée d’un couple de voisins âgés dans l’appartement d’en face va complètement bouleverser sa vision du monde

Après lecture :

(Audrey) Valentine est une mère de famille comme tant d’autres. Sauf que son quotidien, une fois que les portes de son appartement se referment n’est qu’angoisse et peur. Peur des cris, des gifles, des coups. On assiste aux crises de D. son époux. Un homme manipulateur et violent. L’arrivée d’un couple de nouveaux voisins permet à Valentine de recréer du lien. Faire semblant, toujours, mais pour une fois, elle baisse un peu sa garde. Une rencontre qui s’annonce déterminante, on le comprend vite.

Faut-il vraiment parler de ce roman ? Qu’en dire ? Il n’est pas possible d’en juger l’histoire ou les personnages. On ne peut pas dire que l’on a aimé ou pas. Tout le roman va bien au delà de ces considérations. Il faut le lire, on doit le lire et en parler autour de nous. Pour ne pas se taire, parce que Valentine peut être tout le monde. Valentine peut être notre voisine, notre sœur, notre boulangère, notre collègue.

J’ai lu ce roman avec une sensation de ventre noué tout le long. Les personnages m’ont bouleversée autant qu’ils m’ont mise en colère. Le sentiment d’assister avec impuissance à la violence qui monte de façon crescendo dans cette famille.

(Laure) Claire Norton nous livre avec ce roman un sujet si tristement d’actualité, celui des violences conjugales. Impossible de ne pas avoir la gorge nouée à la lecture de ce roman, impossible de ne pas prier de toutes nos forces pour que Valentine et son fils échappent enfin au joug de violence, de peur et de maltraitance qui pèse sur eux.

C’est une lecture dure de par le thème traité, inévitablement il y a des scènes d’une violence monstre. Mais c’est nécessaire, traiter ce sujet nécessite d’être réaliste et de représenter ce que vivent vraiment ces femmes. Si Claire Norton nous remue à ce point c’est justement parce que son sujet est bien traité.

Heureusement, c’est aussi un roman positif, il n’évoque pas que la spirale infernale de la violence, il n’illustre pas seulement cette femme et mère prête à tout subir pour préserver son fils (une partie du roman qui m’a encore plus choquée). Dans la vie de Valentine, il va y avoir Suzette, cette nouvelle voisine, une ouverture secrète dans la vie de Valentine qui va avoir enfin quelqu’un à qui se confier. Alors, on lit Celle que je suis avec l’espoir fou que Valentine entende, accepte cette main tendue et surtout qu’elle trouve en elle la force de décider de mettre fin à son enfer. Cela aussi on le comprend bien ici, partir n’est jamais simple, bien au contraire et c’est ce qui rend ces violences conjugales encore plus affreuses.

Si un élément du final du roman m’a moins convaincue car non nécessaire à mon sens pour un roman qui avait déjà tout, j’en garderai néanmoins le souvenir d’une lecture poignante et nécessaire. Un livre qu’il faut lire car être sensibilisé à ce sujet est tellement important !

Un commentaire sur « [Duo lecture] Celle que je suis, Claire Norton »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s