Sans oublier, Ariane Bois

Quatrième de couverture :

Lorsqu’elle apprend l’accident qui a coûté la vie à sa mère, une jeune femme voit son monde exploser. Tout se délite et s’obscurcit dans le ciel de sa mémoire. L’onde de choc atteint ses enfants et son mari. Pour enrayer cette chute libre, il lui faut partir vers Le Chambon-sur-Lignon, ce village qui fut héroïque pendant la Seconde Guerre mondiale, tenter de se retrouver loin de chez elle pour sauver les siens.

Récit d’un crash intime, d’une fugue maternelle sur les traces d’un silence familial, Sans oublier raconte comment, pour devenir mère, il faut d’abord cesser d’être une fille.

L’avis de Laure :

Ce court roman attendait dans ma PAL depuis un moment et je savais que les avis étaient mitigés ce qui m’a un peu freinée dans ma lecture. Et pourtant, je me suis totalement immergée dans les peines vécues par cette héroïne. 

C’est l’histoire d’une femme adulte à la vie plutôt standard. Mariée, mère de 2 enfants, elle va chanceler le jour où elle apprend le décès brutal de sa mère, dans un accident d’hélicoptère. A ses côtés, on éprouve la force du deuil. Cette femme est tout simplement anéantie. Un sujet difficile mais qui permet de se rendre compte du tsunami infernal qui va l’emporter. Elle ne peut tout simplement plus rien faire. Elle n’est plus mère, elle n’est plus femme, elle ne travaille plus. Son existence a implosé avec le décès de sa mère.

Alors, elle va connaitre la tentative de suicide et le placement en hôpital le temps de sa guérison. Sans succès. Puis, elle va prendre une décision qui sera bien difficilement acceptée ou comprise par les membres de sa famille : la fuite, la disparition. Parce qu’elle ne peut plus, n’y arrive plus, elle ne voit plus que ça.

Elle trouve refuge dans une petite commune où elle va peu à peu pouvoir reprendre pied. Une commune qui n’est pas un hasard car c’est une ville où sa mère a vécu dans sa jeunesse sans qu’elle ne le sache. Et, sur place, sa fille va découvrir des secrets sur sa mère dont elle n’a jamais rien su. Autant j’ai apprécié vraiment les deux parties du roman. Le deuil d’abord puis ce secret qui émerge peu à peu. Autant j’ai été déçue des faiblesses du récit et plus précisément du lien entre ces deux parties. Il manquait clairement un élément justifiant l’arrivée dans cette ville précise. Parce que là c’est trop gros, ce hasard impossible de se retrouver là où il fallait pour apprendre ces choses. C’est vraiment le bémol de l’histoire car cela aurait pu s’expliquer en intégrant un élément qui aurait justifié l’enquête sur sa mère.

Malgré ce ce défaut, j’ai apprécié ce court roman qui donne un aperçu de la difficulté que certaines personnes peuvent avoir à vivre le deuil. Je ne regarderai plus les choses du même œil maintenant que je sais à quel point on peut perdre sa vie aussi, lorsqu’on perd un proche.

Ma notation :

Une lecture intéressante autour du deuil malgré un défaut de construction dans l’élément qui amène la seconde partie du récit.

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s