Les dédicaces, Cyril Massarotto

006

Quatrième de couverture :

De Claire, on ne sait pas grand-chose, sinon qu’elle vit à Paris et collectionne les livres dédicacés. Son plus grand plaisir est d’écumer les librairies à la recherche de ces trésors qui font de chaque livre un objet unique et précieux,  » parce que la dédicace ajoute une histoire à l’histoire « . Chez un bouquiniste, elle tombe sur un livre dont la dédicace lui laisse une désagréable impression de vulgarité. L’auteur, Frédéric Hermelage, laisse son numéro de téléphone à une certaine Salomé, assorti d’un compliment outrancier. Seulement, à la lecture, le roman est à l’opposé de la dédicace. Subtil, élégant. Comment expliquer un tel contraste ? De librairies en Salons du livre, Claire va alors se lancer sur les traces de cet écrivain discret, jusqu’à franchir les règles de la fiction.

L’avis de Laure :

Ce roman a bien fait parler de lui à sa sortie l’automne dernier. Pour ma part, je l’ai laissé en attente un petit peu avant de m’y plonger.

Il y a deux choses dans ce roman : l’histoire d’une jeune femme, Claire, collectionneuse de dédicaces, mais pas n’importe lesquelles et l’histoire d’un auteur, Frédéric Hermelage, un homme qui porte un regard bien particulier sur le monde du livre dont il fait pourtant partie. Si le chassé croisé entre ces deux-là reste une histoire de couple comme tant d’autres, ce qui fait le charme du roman, c’est sa toile de fond.

Une toile de fond qui m’a, pour ma part, beaucoup amusée. Ou comment Cyril Massarotto va, par la voix de ses personnages, faire ressortir tout ce qui se dit de pire sur le monde du livre. Je l’ai lu totalement au second degré, vous avez là tout ce qu’on lit ou entend depuis tant d’années sur ce qui fait la littérature et la lecture. Les titres et auteurs dits populaires prennent cher. Ce n’est pas ce qu’il faudrait lire puisque c’est populaire c’est que ça ne vaut rien. La littérature feel good en prend pour son grade aussi… Amélie Nothomb et son process si particulier d’écriture pour chaque année un roman plus court et qui déçoit chaque fois plus ses lecteurs y passe aussi un sale quart d’heure. Mais comment vous dire ? Moi ça m’a tellement amusée !! 

Je me moque absolument de ce que les gens pensent de ce que je lis, perso je l’assume, je lis des choses variées et oui je lis du populaire, je reste attachée à Lévy et Musso depuis leurs débuts, j’adore le feel good et la romance. Et alors ? Que chacun pense ce qu’il veut, que chacun lise ce qu’il veut, je m’en moque absolument ! Je lis. C’est déjà beaucoup plus que n’en font plein de gens. Alors, j’ai ri avec cette lecture de toutes les critiques que l’on peut lire sur ce monde qui est notre quotidien.  Spoiler, oui, les bookstagrameurs sont aussi décriés.  Au final, c’est une lecture actuelle, amusante, courte qui met en avant le fait que les gens ne peuvent pas s’empêcher de juger tout et tout le monde. Et ce second degré m’a fait du bien.

Ma notation :

Une lecture donc je garderai le souvenir de paragraphes qui m’ont tellement amusée !

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s