Sur un air de fado, Nicolas Barral

Quatrième de couverture :

Lisbonne, été 1968.

Depuis 40 ans, le Portugal vit sous la dictature de Salazar.

Mais, pour celui qui décide de fermer les yeux, la douceur de vivre est possible sur les bords du Tage. C’est le choix de Fernando Pais, médecin à la patientèle aisée. Tournant la page d’une jeunesse militante tourmentée, le quadragénaire a décidé de mettre de la légèreté dans sa vie et de la frivolité dans ses amours.

Un jour où il rend visite à un patient au siège de la police politique, Fernando prend la défense d’un gamin venu narguer l’agent en faction. Mais entre le fl ic et le médecin, le gosse ne fait pas de distinguo. Et si le révolutionnaire en culottes courtes avait vu juste ? Si la légèreté de Fernando était coupable ?

Le médecin ne le sait pas encore, mais cette rencontre fera basculer sa vie…

L’avis d’Audrey :

Je lis peu de roman graphique, mais je découvre toujours avec plaisir certains titres.

Ici direction le Portugal à la fin des années 60, où l’on fait la connaissance de Fernando, un médecin qui semble s’accommoder du contexte politique (régime autoritaire). Il croise dans la rue, un petit garçon un brin chenapan qui risque bien de bouleverser son quotidien. Il va faire ensuite la connaissance de la sœur du jeune garçon, Ana, qui semble bien plus lui plaire. La jeune femme, révolutionnaire communiste, va l’amener à faire preuve de courage et à lâcher son semblant d’immobilisme.

Le récit est entrecoupée de quelques épisodes en sépia, des flashbacks sur l’histoire personnelle de Fernando, permettant de mieux cerner l’homme. On comprend alors pourquoi  il s’est éloigné de ses combats politique il y a une dizaine d’années.

C’est une réelle immersion dans le Portugal des années 60, dans son quotidien, avec leur langage et leur musique. J’ai beaucoup de lacunes sur l’histoire de ce pays, et après avoir refermé ce roman graphique, je me suis empressée d’aller découvrir un peu mieux l’histoire du Portugal pour compléter ma lecture.

Je ne suis pas experte dans le genre je vous le disais, mais j’ai trouvé les dessins réussis et efficaces, avec des visages et des traits de personnages qui les rendent très vivants et attachants.

 

Ma notation :

Une BD politique et historique qui m’a bien plu et a attisé ma curiosité sur l’histoire d’un pays que je ne connaissais pas.

(BD lue en partenariat avec Netgalley)

2 commentaires sur « Sur un air de fado, Nicolas Barral »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s