Confessions d’une quadra à la ramasse, Alexandra Potter

Quatrième de couverture :

Nell Stevens a plus de quarante ans et quand elle regarde en arrière, le bilan manque de filtres Instagram : le bibliocafé qu’elle a monté avec son fiancé en Californie a fait faillite, le fiancé en question s’est fait la malle, elle est célibataire, sans enfant, fauchée, à la dérive. Qu’à cela ne tienne ! De retour à Londres, sa ville natale, elle est déterminée à prendre un nouveau départ. À la même époque l’année suivante, la chance aura tourné, se promet-elle. Tout d’abord, cependant, elle a quelques confessions à faire…

L’avis de Laure :

Je ne suis pas (encore) quadra, mais l’histoire de Nell m’a touchée. Vous savez, ce poids que la société met sur les femmes, sur ce qu’elles doivent être et accomplir ? C’est ce poids que Nell traine derrière elle comme un boulet, ce poids qui impacte son présent autant que son avenir.

Parce que Nell a 40 ans et que sa destinée toute tracée, se marier, avoir des enfants, vient de voler en éclats. Plus de compagnon, plus de boulot, retour à la case à départ, à Londres où elle n’a ni toit ni job. C’est la déprime totale ! Et encore plus lorsqu’elle se rend compte que Londres a changé en son absence et que se loger va devenir compliqué avec son manque de moyens. Elle n’aura donc pas le choix et devra accepter une chambre chez l’habitant.

Alors Nell s’installe chez Edward, un homme ultra rigide avec qui la cohabitation ne sera pas simple, pas de chauffage, chaque chose à ranger à une place bien précise, le quotidien ne sera pas bien joyeux à ses côtés. Elle va se démener à reconstruire sa vie, faire des rencontres, trouver un travail.

Tu n’es pas obligée de savoir comment tu te sens, ce que tu veux, si tu es contente ou triste. La vie est pleine de choix et on nous pousse tellement à faire les bons…

Mais surtout, elle va prendre conscience. A travers ses confessions, elle crise contre les dictats de la société, elle fait entendre sa voix et va vite se rendre compte qu’elle trouve écho chez ceux qui l’écouteront. Peu à peu, Nell se libère des chaines de la société, elle se déleste de tout ce qui la plombe et ose suivre ses envies. Ainsi, à travers une comédie britannique délicieusement loufoque, Alexandra Potter évoque des sujets de société très actuels. Et ça fait du bien de lire Nell, ses peurs, sa colère et de réaliser qu’on peut nous aussi inventer une vie qui nous convienne, même si elle ne respecte pas les injonctions des uns ou des autres.

Ma notation :

Une comédie britannique très actuelle qui évoque des ces sujets tellement rebattus sur lesquels on a tant besoin que les choses changent !

Merci aux éditions Eyrolles pour cette lecture

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s