[Duo lecture] Malgré tout, Jordi Lafebre

Pourquoi ce livre :

(Audrey) Une couverture qui m’a attirée, un titre accrocheur. Il m’en fallait pas plus pour me donner envie de découvrir cet album.

(Laure) Audrey m’a parlé de cette BD alors qu’elle la lisait en me disant « c’est beau il faut que tu la lises ». Alors je me suis exécutée !

La couverture :

(Audrey) Ce jeune couple qui semble heureux et épanoui. Pourtant ce nuage noir au dessus de leur tête laisse interrogateur.

(Laure) J’aime le doux reflet, les coloris de cette couverture. Ca donne envie.

La quatrième de couverture :

C’est l’histoire d’un amour à rebours. Une passion platonique mais éternelle entre deux êtres. D’un côté, il y a Ana. Sexagénaire charismatique, ancienne maire tout juste retraitée, mariée et maman. Une battante au grand coeur qui impose le respect. De l’autre, il y a Zeno. Célibataire endurci, libraire proche de la retraite et doctorant en physique qui aura mis quarante ans pour terminer sa thèse. Un esprit libre et voyageur, aussi séduisant que mystérieux.

Au fil des années, ils ont tissé ensemble un amour impossible et intarissable. Tout en égrainant les excuses qui ont empêché qu’elle ne prenne forme, on remonte le temps de cette romance et de ses méandres… jusqu’à sa source.

Après lecture :

(Audrey) Vous aurez remarqué que la bande dessinée ou les romans graphiques ne sont pas des genres dont je vous parle beaucoup ici. J’en lis très peu, je suis assez hermétique à cet art, et c’est bien dommage. Et je peux dire qu’il aurait été sacrément dommage de passer à coté de cette sublime histoire.

C’est en commençant avec le chapitre 20 que l’on va remonter l’histoire d’Ana et Zeno en partant de la fin.

On va remonter toute une vie, ou plutôt deux vies séparées, à s’aimer sans se toucher, sans se voir, sans vivre ensemble. Une vie à deux se contentant de quelques brefs moments, de quelques lettres ou appels. J’ai vraiment été touchée par cette histoire pleine de tendresse, de rendez vous ratés et de passion.

J’ai trouvé les dessins très jolis, qui mettent en avant le scénario,  la douceur et le grain de folie des personnages. Zeno a ce petit truc dans le regard qui m’a fait succomber dès les premières pages. Je comprends tellement pourquoi Ana n’a pas voulu ou pu l’oublier.

La ville d’Ana, qu’elle dirige en tant que maire a une belle place dans l’album et les personnages secondaires sont tout aussi passionnants et intéressants. Comment ne pas être ému par l’histoire de Julia que nous conte Zeno.

Un album coup de cœur qui a su me toucher et m’émouvoir. Une très belle surprise.

(Laure) Cette BD a une grande originalité de par sa narration à rebours. Le récit classique de l’histoire de Zeno et Ana n’aurait pas le même impact sur nous. Et en même temps, c’est presque une BD qu’il faudrait relire parce que forcément, la narration à rebours trouble un peu la compréhension du récit. Ca m’a un petit peu gênée dans ma lecture car j’ai mis un moment à comprendre l’enchainement des événements qui constituent la vie de nos personnages.

J’ai aimé le côté amour éternel que l’histoire présente, c’est doux, léger et si évident. Les dessins sont très plaisants à regarder, les confidences que Zeno et Ana se font d’année en année sont pleines de beauté également. Mais je crois qu’il m’a manqué quelque chose pour succomber et que c’est clairement lié au parti pris du récit à rebours. Et en même temps je salue cette originalité, ce risque pris par l’auteur !

(roman lu en partenariat avec Netgalley)

5 commentaires sur « [Duo lecture] Malgré tout, Jordi Lafebre »

  1. Ping: Bilan 2020 |

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s