Chambre 128, Cathy Bonidan


Quatrième de couverture:

Un roman peut parfois changer une vie.
Qui n’a pas rêvé de voir survenir un petit grain de sel romanesque dans sa vie ? Un peu de merveilleux pour secouer la routine et oublier les ennuis de bureau ?

Quand Anne-Lise réserve la chambre 128 de l’hôtel Beau Rivage pour de courtes vacances en Bretagne, elle ne sait pas encore que ce séjour va transformer son existence.
Dans la table de chevet, elle découvre un manuscrit sur lequel figure juste une adresse où elle décide de le réexpédier.

Retrouvera-t-elle son auteur ? La réponse, qui lui parvient quelques jours plus tard, la stupéfait…
Au point qu’Anne-Lise va tenter de remonter la trace de tous ceux qui ont eu ce livre entre les mains. Chemin faisant, elle va exhumer histoires d’amour et secrets intimes. Pour finalement peut-être se créer une nouvelle famille…

L’avis d’Audrey :

J’ai repéré ce roman à sa sortie poche, et j’ai patiemment attendu pour le lire en le mettant sur ma PAL de vacances. Un roman qui parle d’un roman égaré dans un tiroir de chambre d’hôtel. Une idée qui ne pouvait que me plaire, alors comment résister à cette lecture?

C’est d’abord le genre de ce texte qui m’a surprise, car ici on est en plein dans un roman épistolaire. L’histoire est racontée à travers l’échange de lettres entre plusieurs destinataires et expéditeurs. Autant vous dire que j’étais ravie tant la correspondance est un genre que j’aime. En même temps le bandeau du livre le comparant aux cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates aurait du m’y faire penser.

Anne-Lise va trouver dans les tiroirs d’une chambre d’hôtel en Bretagne, le manuscrit d’un roman. Impossible pour elle de l’abandonner, elle décide alors de le renvoyer à son auteur présumé. Un échange de lettres va lui apprendre que son auteur l’a abandonné dans les années 80 ans, que depuis il n’a plus écrit et lui apprend surtout que ce manuscrit a été complété par quelqu’un d’autre. Anne-Lise va alors se mettre en quête de l’histoire de ce manuscrit et chercher à savoir qui a bien pu l’avoir entre les mains tout ce temps et comment le texte voyage sans jamais avoir fini dans une benne à papier depuis tant d’années.

J’ai aimé lire ces lettres et remonter la trace de ce manuscrit. A travers la correspondance entre les personnages, on arrive à s’attacher à eux, à comprendre leur vécu, leur passé et surtout à saisir l’impact que la lecture de ce livre a eu sur eux. J’aime cette idée qu’un livre peut nous toucher et nous transformer. C’est un roman plein de fraîcheur, facile à lire et qui ne peut que réjouir ses lecteurs. L’ensemble est touchant, oscillant entre tendresse et humour.

Ma notation :

Un court roman bienveillant et lumineux.

3 commentaires sur « Chambre 128, Cathy Bonidan »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s