Bleu Calypso, Charles Aubert

Quatrième de couverture:

Il a pêché le saumon en Alaska, le brochet dans les lacs du Connemara. De sa passion, Niels a fait son métier. Et fui la ville pour une cabane sur l’étang des Moures, près de Sète.
Le kayak file en silence. Comme il étrenne son nouveau leurre – baptisé Bleu Calypso – le fil se tend… Un poisson, mais pas que. Au milieu des algues : un visage d’homme à la peau verte. C’est le troisième cadavre qu’on extrait de l’étang ces temps-ci, après l’ornithologue allemand et le pêcheur de dorades. Lignes posées. Mystère ferré. Il n’y a plus qu’à attendre…
L’avis d’Audrey :

Niels, personnage mystérieux et taiseux s’est installé près de Sète pour fuir Paris et un passé dont il ne dit rien mais qui semble l’avoir secoué. Il a choisi une vie solitaire, dans laquelle il consacre son temps à la plongée, la pêche et à la fabrication de leurres. En scrutant des photos prises lors de sa dernière plongée, il y aperçoit le cadavre d’un homme. La police est alertée et Niels apprend alors qu’il s’agit du 3e cadavre repêché.

Niels, assez proche de son voisin, Vieux Bob, fait la rencontre de sa fille, Lizzie. Journaliste, elle souhaite enquêter sur cette affaire et embarque Niels, malgré lui dans cette aventure. De rencontres en révélations, doucement notre duo improbable s’approche de la vérité.

J’ai eu un peu de mal à entrer dans ce roman. Les cinquante premières pages auraient pu me perdre. Je trouvais l’intrigue un peu lente à se mettre en place, et le fait de ne pas réussir à cerner Niels m’a un peu déstabilisée. Les descriptions et détails sur le monde de la pêche et de la plongée n’ont pas aidé. Mais pourtant, l’intrigue a réussi à me saisir et j’ai fini ce roman avec le besoin de savoir qui pouvait bien être ce tueur qui n’épargnait personne ! Puis quand on pense en avoir fini, l’auteur nous propose un dernier petit retournement de situation assez plaisant juste avant de refermer le livre.

Un thriller assez différent des titres que je lis d’ordinaire. Et ça fait du bien de varier un peu. J’ai beaucoup aimé le personnage de Lizzie, petit brin de femme enthousiaste, forte et entrainante. Même si Niels s’ouvre un peu, on comprend bien qu’il est loin d’avoir livré tout ses secrets, et rien que pour cela, je lirai surement le deuxième roman de l’auteur, Rouge Tango dans lequel on retrouve ses personnages.

Ma notation :

J’ai lu ce roman dans le cadre de ma participation au jury Nouvelles voix du polar chez Pocket. Un roman sur lequel je ne me serai sûrement pas arrêtée en temps normal, et c’est dommage. Donc ravie de cette petite découverte et je vous parle bien vite des 3 autres titres en lice pour le prix.

Un commentaire sur « Bleu Calypso, Charles Aubert »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s