Fais de ta vie un rêve, et de ton rêve une réalité, Natascha Lusenti

Quatrième de couverture :

Emilia adore les bulles de savon, la couleur jaune et les poches (pour y glisser un livre). Elle aime écouter le chant de la pluie et observer les voyageurs à leur insu dans le tram.
Emilia a deux chats, Lou et Leo, l’une aphone et l’autre borgne, avec lesquels elle tente de cohabiter dans l’appartement où elle vient d’emménager.
Emilia est un peu originale, et elle n’a pas le sens de l’orientation, avec les routes comme avec les gens.
Alors dans cet immeuble où elle ne connaît encore personne, elle décide d’écrire et d’afficher chaque jour dans l’entrée des billets relatant ses pensées. Ses émotions, ses espoirs, ses habitudes, les sujets varient, mais la question vitale reste la même : et vous, quand avez-vous été heureux pour la dernière fois ?
Un jour, elle remarque sur l’un de ses messages un autocollant. Nicola, dix ans, a répondu à son appel. Grâce à cet enfant, et à Gina, la vieille dame du quatrième étage, Emilia va enfin redécouvrir ses propres richesses, et peut-être obtenir la chance de commencer une nouvelle vie.

L’avis de Laure :

Je suis totalement admirative du travail accompli par les équipes des éditions Fleuve sur cette couverture qui est un vrai coup de cœur pour moi. Un objet livre que je savoure juste en l’ayant en main et en l’admirant. Oui je suis futile, oui je lis des livres juste pour leur couverture. Et vous savez quoi ? J’assume totalement et n’ai aucune envie de changer !

Dans ce roman, vous allez découvrir Emilia, qui fut peut être la sœur cachée d’Amélie Poulain. Une jeune femme atypique qui vit avec ses 2 chats dans un appartement sans meubles, une jeune femme sensible, douce, attachante, émouvante. Emilia revient dans la ville de son enfance, on sent qu’elle a dans ses valises un passé qui lui pèse et dont on ne saura pourtant presque rien.

Emilia n’est pas parfaite, elle a sa façon d’être, de créer du lien avec les gens, une façon bien à elle et qui ne plaira pas à tous. Emilia écrit chaque jour un joli billet sur sa vie. Elle commence par « ce matin je me suis réveillée » et elle s’adresse aux gens qui l’entourent. Elle affiche ses billets dans le hall de son immeuble. Ils seront son lien avec les autres. Via ces échanges, elle va s’attacher au petit Nicola qui vit avec son père Michele, elle va se lier d’amitié avec Gina, une vieille femme esseulée, elle va aussi s’attirer les foudres de Franca sa voisine de palier.

Page après page, Emilia partage les petites joies de sa vie, elle nous livre aussi ses difficultés, à demi mots. On lit des choses savoureuses comme cette maman qui fait des tartes aux pommes comme un arc en ciel les jours où le moral est gris. En quelque sorte, j’ai trouvé qu’Emilia remettait de la vie dans la vie. Et c’est pour cela qu’elle m’a tant fait penser à Amélie Poulain.

Cette lecture était un bien joli moment. J’ai particulièrement aimé comme le roman s’achève sur une note de « j’ai compris où je vais et je vais y aller », c’est à dire qu’on ne quitte pas une Emilia accomplie comme dans les romans traditionnels qui s’achèvent une fois que le héros a trouvé l’amour, une vocation, etc. On quitte une Emilia apaisée et déterminée, elle va avancer sur le chemin qu’elle s’est trouvé et cela nous suffit totalement pour achever l’histoire.

Ma notation :

Un joli roman assez atypique qui nous emporte un moment dans une bulle de douceur et de bienveillance.

(Merci à Estelle de Fleuve Editions pour cette lecture)

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s