La liberté de nous aimer, Ninon Amey

Quatrième de couverture:

Abigaïl, une jeune femme passionnée par les mots, décide de rentrer dans ce programme expérimental mis en place par la prison locale. Si cette expérience est pour elle l’opportunité de s’adonner à son amour de la prose, pour son correspondant, David, elle représente surtout une bouffée d’oxygène dans son quotidien morose. D’échanges timides en confidences intimes, un lien particulier va progressivement se tisser entre eux. L’une des règles du programme est pourtant claire : ils n’ont pas le droit de tomber amoureux.

L’avis d’Audrey :

Abigail, bibliothécaire amoureuse des mots et des lettres, décide de participer à un nouveau projet mis en place par la prison locale : correspondre avec un détenu. Une façon de maintenir un lien avec l’extérieur pour les prisonniers, de casser les a priori que les gens peuvent avoir sur eux. C’est David qui a la surprise de recevoir la première lettre d’Abigail. On lui avait annoncé qu’il n’y avait plus de lettres pour lui. Mais quelques jours plus tard, puisque la jeune femme avait un peu tardé, il a eu la joie de pouvoir intégrer le programme.

Un véritable échange se met alors en place entre nos deux personnages. Ils se présentent, se découvrent doucement. Chacun rappelle bien à l’autre la règle essentielle : ne pas tomber amoureux. Pourtant en tant que lecteur on comprend bien vite que cela ne sera pas le cas.

On ne sait pas tout de suite pourquoi David est en prison. Mais on imagine à travers ses mots, ses phrases qu’il ne peut pas être violent. Tout en lui respire la bonté et la générosité. Abigail parle beaucoup de son métier et de son quotidien. J’ai apprécié les moments où elle parle avec tant de passion de son métier, puisque je partage le même bonheur d’exercer au milieu des livres. Elle parle également de ses amis, de sa famille, une façon pour David de s’évader à travers ses lettres.

Un véritable lien se crée, une profonde amitié et un réel attachement. A 2 reprises, ils se croisent : des vérités éclatent, des faux semblants tombent et pourtant ils ne cessent pas de correspondre et osent s’avouer leur amour. Et alors que l’on pourrait croire que le roman touche à sa fin, avec un happy end prévisible, l’auteure nous livre une seconde partie qui m’a embarquée pour un second tour. J’ai beaucoup aimé cela.

J’ai vraiment été conquise par ce roman et par ces deux personnages, mais aussi par la sœur de David, personnage secondaire assez discrète au début du roman qui prendra une place importante dans le récit. J’avais un peu peur de m’ennuyer à ne lire que des successions de lettres et de mails et ce fut loin d’être le cas. L’auteure a vraiment su mettre en place un joli rythme, avec des petits retournements de situation qui font que j’ai lu d’une traite cette histoire. J’ai eu beaucoup d’attachements pour les personnages, même si, entre nous, je n’ai pas toujours compris les choix de David.

Un roman très divertissant, agréable à lire avec une très jolie plume. Un feel good qui fait du bien.

Ma notation :

Une bien belle découverte. Je vois que l’auteure propose d’autres titres : je vous parlerai bien vite de Ce lien qui nous unit qui vient de rejoindre ma tablette.

Un commentaire sur « La liberté de nous aimer, Ninon Amey »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s