Le chant de nos filles, Deb Spera

Quatrième de couverture :

Alors que la région se remet encore de l’infestation de charançons qui a dévasté les plantations et l’économie, Gertrude, une mère de quatre enfants, doit prendre une décision terrible. Elle est prête à tout pour sauver ses filles de la famine et échapper à son mari violent.
Retta navigue dans un monde difficile en tant qu’esclave affranchie de première génération, toujours employée par les Coles qui ont autrefois été propriétaires de sa famille.
Annie, la matriarche de la famille Coles, doit faire face à la sinistre vérité qui a déchiré sa famille. Ces trois femmes n’ont apparemment rien en commun ; elles sont pourtant liées par les cruelles injustices qui sévissent depuis longtemps dans leur petite ville et auxquelles elles décident de faire face.

L’avis de Laure :

Deuxième lecture du début de cette aventure de lectrice Charleston, je m’y suis plongée sans attente particulière, sans savoir de quoi il allait être question et cet état d’esprit était parfait pour découvrir ma lecture.

On fait la connaissance de 3 femmes qui vivent dans la même ville de Caroline du Sud : Gertrude une femme blanche, mère de 4 filles et mariée à un ignoble homme alcoolique et maltraitant, il boit tout ce qu’il gagne et la famille vit dans une grande misère. Il y a Retta une ancienne esclave noire, une femme d’un certain âge, pleine de sagesse, qui travaille depuis des années pour la famille Coles. Et il y a Annie Coles, sa maîtresse, une femme blanche ayant vécu une destinée plus facile au sein d’une famille ayant du pouvoir. Et pourtant, cette femme est seule, elle a perdu un fils, n’a pas vu ses 2 filles depuis 15 ans…

Gertrude va être amenée à faire la connaissance de Mrs Coles qui a du travail à lui proposer au sein de son atelier de couture. Elle fait la connaissance également de Retta, au passage, à qui elle confie sa petite dernière le temps de régler ses problèmes personnels. On va alors suivre chacune des 3 femmes, le roman a une ambiance très douce, on lit leurs histoires, les peines et embûches que chacune a eu à surmonter dans la vie. Blanche, noire, riche, pauvre, elles ont toutes leurs lot de misère et c’est intéressant de le lire ainsi, sans hiérarchie de la peine.

Je progressais tranquillement dans ma lecture, prise par le quotidien de chacune. Et je n’ai rien vu venir. Il y avait pourtant eu quelques scènes étranges qui nous mettent le doute sur un personnage. Jusqu’au moment où… ça devient explosif ! Et je salue le grand talent de Deb Spera qui signe ici son premier roman. Elle nous amène vers quelque chose que j’étais bien loin d’imaginer, quelque chose dont il est très difficile de parler (dans la littérature ou ailleurs). Et j’ai été d’autant plus bluffée que ce sujet est amené tout en suggestion, tout est relaté de manière si douce, subtile alors qu’on a affaire à quelque chose de sombre et terrible. Le procédé narratif est très particulier mais je le trouve tellement adapté au récit, aux choses qui sont révélées ici. Si tout avait été relaté de manière directe, frontale, avec des détails précis, l’impact à la lecture aurait été complètement différent.

J’ai refermé ce livre stupéfaite, choquée mais aussi touchée par ce final où les femmes vont savoir s’unir pour en finir avec l’horreur et faire face aux terribles secrets qui pesaient sur la famille Coles.

Ma notation :

Un premier roman bluffant au procédé narratif tout en suggestion qui a parfaitement sa place au cœur du récit sombre dont il est question. Le chant de nos filles est une très belle histoire de vengeance et de renaissance au cœur des années 20.

3 commentaires sur « Le chant de nos filles, Deb Spera »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s