226 bébés, Flore Vesco

Quatrième de couverture :

À 76 ans, Chrysostome, dit Bert, fraîchement retraité, coule des jours heureux dans sa maisonnette. Jusqu’au jour où son jardin, situé au-dessus d’un trafic aérien de cigognes, se retrouve envahi par… 226 bébés ! Adieu calme et tranquillité. Or Bert ne compte pas se laisser enquiquiner par une tripotée de geignards. Ni une ni deux, il les installe dans une charrette et commence son périple. De village en bourgade, tous les moyens sont bons pour refourguer la marmaille : vente à la criée sur les marchés, adoptions par des princesses esseulées… Moins 1 bébé, moins 10 bébés, moins 20 bébés… Ouf ! Moins 225 bébés ! Au bout du compte, le vieillard solitaire et bougon se laissera-t-il attendrir ?

Une histoire pleine de verve et d’entrain, où les références aux grands contes classiques  foisonnent sous la plume aiguisée et jubilatoire de Flore Vesco.

L’avis de Laure :

J’ai trouvé l’idée de l’histoire de cet homme qui récolte des bébés dans son jardin et va devoir les faire adopter très amusante et ai eu envie de découvrir ce roman jeunesse.

Et bien, moi qui lit si peu pour la jeunesse, j’ai passé là un délicieux moment. En une petite soirée car il y a moins de 90 pages et que l’histoire est courte, je me suis régalée de la plume de Flore Vesco. D’abord il y a cette idée un peu folle, cet homme qui a économisé toute sa vie pour pouvoir s’acheter une petite maison où couler des jours heureux va finalement se retrouver envahi de bébés. 226 bébés, ça va très vite ! Entre couches et biberons, évidemment au bout de quelques jours, il n’en peut plus et décide d’empiler tout le monde dans une charrette et d’aller trouver des familles à tous ces chérubins.

Il y a plusieurs choses qui sont vraiment savourables dans ce roman. D’abord, le périple de Bert va être l’occasion de rigoler avec plusieurs références à des contes. La belle au bois dormant, Barbe Bleue et d’autres sont ainsi revisités et chaque fois, l’irruption des bébés va changer l’histoire. A chaque rencontre, Bert parvient à se délester d’une dizaine de bébés de ci de là. Ils sont bien évidemment trop craquants, utiles, intéressants et tout le monde veut en adopter.

La plume de l’auteure est aussi un régal. Au cours du roman, elle va nous amuser de dizaines de mots purement inventés pour parler des bébés. Ainsi, pas de répétition sans cesse du mot bébé comme je le fais ici dans cette chronique. On rigole de l’inventivité de ce vocabulaire, c’est très amusant.

Et bien évidemment, une fois le périple de Bert achevé, vous verrez que le vieil homme en sera changé.

Ma notation :

Une lecture jeunesse extrêmement plaisante que je vais garder précieusement pour mes filles dans quelques années. Je le conseille avec plaisir à tous les jeunes lecteurs. Bonus non négligeable, toutes les illustrations du roman sont très jolies.

(Roman lu dans le cadre des Masse Critique Babelio)

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s