La fiancée anglaise, Gilles Laporte

Quatrième de couverture :

« S’il m’arrive quelque chose, tu iras leur dire combien je les aimais. »

A tous, Adolphe Lamesch a laissé un vide immense. C’est sur ses traces que cinquante ans plus tard Robert Forester part à Châtel-sur-Moselle pour rencontrer les membres de sa famille et leur porter les mots de celui qui accompagna son enfance en Angleterre. Telle une promesse, à la mémoire du jeune Lorrain engagé parmi les premiers dans le sillage du général de Gaulle, disparu en mer à bord du torpilleur des Forces navales françaises libres La Combattante en 1945.
Pour sa mère Berthe, l’espoir de revoir son fils vivant n’avait jamais vacillé. Elle laissait toujours sa porte ouverte, au cas où…
Parce qu’elle détenait dans ses lettres le secret d’Adolphe. Un secret troublant, plein de vie et de résilience.
Qu’elles étaient deux à partager…

Un roman bouleversant qui rend hommage à un héros discret de la Seconde Guerre mondiale, et dans lequel s’impriment la force du souvenir et le courage des femmes.

L’avis de MadameOurse :

J’avais aimé l’an dernier le roman de Gilles Laporte, Les roses du Montfort. Ce nouveau roman de l’auteur m’a encore plus attirée car il se déroule pendant la seconde guerre mondiale. Et j’étais également curieuse de lire le personnage d’un marin, moi qui connait bien ce métier.

Ma lecture de La fiancée anglaise a néanmoins été moins fluide que Les roses du Montfort. J’ai eu un peu de mal à entrer dans ma lecture, la structure et le style m’ont moins absorbée cette fois. L’histoire se passe au milieu des années 90, lorsque Robert met les pieds en France pour une promesse qu’il a faite à Adolphe 50 ans auparavant, juste avant que celui-ci ne disparaisse en mer sur La combattante. Robert était un tout jeune garçon en effet lorsqu’il a promis à son ami Adolphe, qui était proche de la mère du petit, que s’il lui arrivait quelque chose, il irait dire à sa famille, en Lorraine, à quel point Adolphe les aimait.

Robert n’aura pas trop de mal à retrouver cette famille qui est restée dans le petit village où elle habitait. Et ce voyage va être le début pour lui de révélations sur des liens qu’il n’avait pas imaginés. Entre 1945 et 1995, on retrace les vies des membres de la famille, le vécu qu’ils ont eu pendant la guerre et puis les choix faits qui les mèneront là où ils en sont, 50 ans après. J’ai aimé comme toujours, cette plongée dans la France en guerre avec ici, ce plaisir particulier de suivre le personnage d’Adolphe, engagé volontaire au sein de celle que l’auteur appelle La Royale (tout comme ma grand mère le faisait). J’ai souri plus d’une fois parce que c’est l’évocation d’un métier qui est aussi une partie de mon quotidien et parce que si certaines choses ont forcément changé en 70 ans, d’autres, spécifiques à la Marine, ne changent pas. J’ai lu le roman comme un petit clin d’œil, comme si l’auteur me racontait à l’oreille, une histoire que je connais déjà bien.

Et puis il y a La fiancée anglaise, la mère de Robert et amoureuse d’Adolphe. Une femme âgée qui a traversé les années en préservant ses secrets et qui savait très bien qu’il lui faudrait les confier, le moment venu. Je n’ai pas été surprise des révélations qui arrivent au cours du récit, comme une douce évidence. La famille Lamesch m’a émue, Gilles Laporte évoque bien la lourde perte qu’a subie la famille avec la mort d’Adolphe, le fils, le frère, l’homme de la famille en quelque sorte, une figure si importante pour les famille à l’époque.

Ma notation :

Un roman doux qui évoque si bien l’amour qui peut unir les membres d’une famille.

Merci à Yéléna des éditions Presses de la Cité pour cette lecture.

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s