Plus on est de vieux, plus on rit, Nora Davy

Quatrième de couverture :

Employée dans une maison de retraite, Clara a toujours été très proche des résidents. Mais jamais elle n’aurait imaginé que l’une d’entre eux lui léguerait toute sa fortune en la nommant gérante d’une nouvelle résidence de luxe pour personnes âgées ! Ce magnifique cadeau lui laisse pourtant un goût amer lorsqu’elle découvre qu’elle va devoir codiriger cet établissement avec le petit-fils de sa bienfaitrice, un richissime homme d’affaires qui ne jure que par l’argent… Elle qui pensait venir en aide aux résidents va vite découvrir que ses aînés peuvent lui dispenser de précieux conseils et ont bien des choses à lui apprendre !

L’avis de MadameOurse :

J’ai été très attirée par cette couverture colorée et punchy et par ce titre totalement dans l’air du temps. Néanmoins, petit bémol à la lecture, la partie maison de retraite qui me semblait centrale dans le roman n’est que le décor de fond, le cadre dans lequel vont évoluer nos personnages. Car ce roman est à 100% une romance. Je n’ai pourtant pas boudé mon plaisir car c’est une bien belle romance !

Le duo de personnages haut en couleurs que l’on va rencontrer ici c’est « Bishop » et « la baveuse ». Des surnoms pleins de sens qui seront présents tout au long du roman. Bishop c’est Adrian Bishop mais il vaudra mieux l’appeler Bishop tout court parce qu’Adrian est un prénom beaucoup trop sexy pour un homme irrésistible, ça fait trop voyons ! La baveuse, c’est Clara, ainsi nommée à cause de ce filet de bave qui marquera une première rencontre tout sauf sexy…

Leur rencontre est justement la volonté de la grand mère d’Adrian qui, par le biais de son testament, a voulu mettre ces deux-là en relation. Elle offre à Clara la chance de sa vie, un héritage colossal et la possibilité de diriger une superbe maison de retraite de luxe. Adrian sera contraint de coopérer à la direction et de changer totalement de vie, lui qui est un richissime homme d’affaires marié à son métier. Rien ne va bien démarrer dans le duo mais l’attirance est si forte, si physique que les choses vont changer.

J’ai trouvé dans cette romance une psychologie des personnages fort soignée, les failles du passé de Clara sont très émouvantes, Adrian est le pur mâle qui n’a jamais connu l’amour et qui sera dérouté par cette rencontre mais c’est aussi un homme intelligent qui va évoluer en beauté pour notre plus grand plaisir. Et puis il y a cette maison de retraite, le luxe, le rêve dont on voudrait tous dans nos vieux jours. Ce cadre nous offre une jolie galerie de personnages secondaires et des moments d’humour et d’émotion ce qui fait que la romance principale du roman est soigneusement emballée comme dans un beau papier cadeau.

Je ne me suis pas lassée une minute jusqu’à la dernière page, c’est plein de rebondissements et c’est vraiment très réussi.

Ma notation :

J’ai adoré ! Et si j’adore vraiment tout autant la couverture et le titre du roman, je ne les trouve néanmoins pas complètement adaptés à l’histoire.

(roman lu en partenariat avec Netgalley)

Publicités

4 commentaires sur « Plus on est de vieux, plus on rit, Nora Davy »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s