Le bonheur n’a pas de rides, Anne-Gaëlle Huon

Quatrième de couverture :

Paulette a 85 ans, un caractère bien trempé, et pas toute sa tête. Enfin, à ce qu’elle prétend. Lorsqu’elle se retrouve bien malgré elle la nouvelle pensionnaire de l’Auberge de Monsieur Yvon, elle n’a qu’une obsession : en partir ! Mais c’est sans compter sur l’étrange fascination que les autres habitants et leurs secrets vont bientôt exercer sur elle. Que contiennent ces lettres mystérieuses trouvées dans la chambre de Monsieur Georges ? Qui est l’auteur de cet étrange carnet découvert dans la bibliothèque ? Une chose est certaine : Paulette est loin d’imaginer que ces rencontres vont changer sa vie et peut-être, enfin, lui donner un sens.

L’avis de MadameOurse :

Je suis Anne Gaëlle Huon sur Instagram depuis la sortie de son second roman (Même les méchants rêvent d’amour) que j’ai eu la chance de gagner à un concours. C’est une auteure qui a un petit grain de folie, une belle énergie, qui semble si positive et attachante que rien que ça me donnait envie de découvrir ses romans. Lorsque je me suis rendue compte que son premier roman ferait partie de la sélection du Prix des Lecteurs, j’en étais ravie et ai donc préféré lire ses romans dans l’ordre.

Le bonheur n’a pas de rides c’est l’histoire de Paulette, une octogénaire bien décidée à convaincre son fils de la placer dans une maison de retraite de luxe. Mais c’est sans compter sur la vénéneuse Corinne, sa belle fille, qui convainc son mari d’installer Paulette à l’Auberge de M. Yvon. Paulette déchante dans ce cadre bien loin du luxe qu’elle espérait pour ses vieux jours! Mais au fond, c’est plus fort qu’elle, elle ne peut s’empêcher de vite s’intéresser à la vie des habitants de l’Auberge.

Il y passe une drôle de bande, assez originale entre jeunes et moins jeunes et tous les personnages sont assez originaux, amusants et cachent des secrets. J’ai beaucoup aimé Nour la cuisinière au lourd passé, Juliette la jeune serveuse qui a devant elle une lourde décision à prendre, jeune femme bien fleur bleue qui va nous faire vivre un joli moment à travers un drôle de carnet qu’elle découvrira à la bibliothèque. Ce mystérieux carnet la mettra sur la piste de son propriétaire à travers une quête aux accents d’Amélie Poulain. J’ai beaucoup aimé ce passage et n’ai pas été surprise de la référence que l’auteure mentionne dans ses remerciements tant j’avais déjà fait le parallèle moi même.

Il y a aussi M. Yvon qui cache un cœur d’or sous une façade dure et M. Georges de qui Paulette se rapprochera assez vite. Ce roman n’a rien d’exceptionnel sinon d’unir des personnalités dans un joyeux maelstrom d’émotions. C’est simple et on passe un bon moment !

Ma notation :

J’ai aimé cette découverte de la plume d’Anne Gaëlle Huon. J’avoue que je m’attendais à plus avec cette lecture. J’ai hâte à présent de me plonger dans son second roman qui a des avis si prometteurs.

 

Publicités

2 commentaires sur « Le bonheur n’a pas de rides, Anne-Gaëlle Huon »

  1. J’ai beaucoup aimé également. Un peu dans la veine de Grimaldi, un peu plus caustique peut-être et avec une touche de suspens en plus. Je vais de ce pas aller voir ses autres titres.

    J'aime

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s