La fin de la solitude, Benedict Wells

Quatrième de couverture :

« Je suis entré dans le jardin et j’ai fait un signe de tête à mon frère. J’ai pensé : une enfance difficile est comme un ennemi invisible. On ne sait jamais quand il se retournera contre vous. »

Liz, Marty et Jules sont inséparables. Jusqu’au jour où ils perdent leurs parents dans un tragique accident de voiture dans le sud de la France. Placés dans le même pensionnat, ils deviennent vite des étrangers les uns pour les autres, s’enfermant chacun dans une forme de solitude. Jules est le plus solitaire des trois lorsqu’il rencontre Alva, qui devient sa seule amie. Son obsession. Vingt ans plus tard, Jules se réveille d’un coma de quelques jours. À la lisière de l’inconscient, il se souvient.

L’avis de MadameOurse :

Première de mes lectures dans le cadre du Prix des lecteurs Livre de Poche, j’ai commencé par ce titre que Lunatic avait également dans sa PAL. Elle n’a pas été emportée par ce roman et a préféré l’abandonner, ce que je peux comprendre car le rythme en est assez particulier.

C’est un livre que je n’aurais certainement pas lu sans le prix et c’est un roman qui reste assez éloigné de mes habitudes de lecture. A tel point que je ne saurais pas bien vous dire ce qui m’a plu dedans : le style sans doute, les personnages peut être un peu, l’histoire moins car dans le fond, elle n’a rien de si prenant.

C’est l’histoire de Jules, il se réveille dans le coma après un accident. Et il va se souvenir et défiler pour nous le fil de sa vie jusqu’à la date de cet accident. Petit garçon, il est le 3ème d’une fratrie, très heureux avec ses parents, sa sœur Liz et son frère Marty.  Jusqu’au drame qui va bouleverser leurs existences.

A ce moment là, les 3 enfants sont séparés et devront construire leurs existences sur des bases fragiles. Tous 3 réagiront différemment mais resteront fortement ébranlés par le drame. Jules, notre héros, va alors faire la connaissance d’Alva. Une petite fille puis une femme qui aura une existence très importante dans sa vie. Toutes ces rencontres avec Alva détermineront la destinée de Jules, c’est souvent en fonction d’elle que sa vie prendra tel ou tel chemin.

J’ai lu le roman sans attente particulière, sans chercher à savoir ce que l’auteur était en train de nous raconter. Je crois que c’est l’histoire d’un être précocement abîmé par la vie. C’est un roman qui évoque, pierre après pierre, l’écoulement du temps, le passage de l’enfance à l’âge adulte avec toutes les difficultés que cela comporte quand on n’a plus d’adultes repères pour nous aider à prendre le bon chemin. Benedict Wells m’a absorbée par sa douceur et sa mélancolie. Et en même temps, cette histoire ne me marquera pas, je le sais déjà, parce que rien n’y est exceptionnel, je ne me suis pas identifiée aux personnages et n’ai pas été fortement émue par ce qu’ils vivent. Pourtant il pourrait y avoir de quoi, surtout avec la fin qui est tout de même particulièrement triste.

Ma notation :

Je ressors mitigée de cette lecture mais je crois qu’on peut néanmoins saluer la plume de l’auteur.

Publicités

Un commentaire sur « La fin de la solitude, Benedict Wells »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s