Gros sur le coeur, Carène Ponte

Quatrième de couverture :

L’avis de Lunatic :

Vous savez comme j’aime Carène Ponte. J’étais alors super contente de figurer parmi les gagnantes de son concours pour recevoir un exemplaire dédicacé. Dès réception, je me suis vite plongée dans l’histoire de Mélissa. J’étais un peu curieuse de la découvrir tout simplement car la première phrase de la 4ème de couverture fait écho à ce que j’étais moi aussi adolescente : trop ronde, trop timide, trop fragile.

Quelques semaines avant sa rentrée de terminale, Mélissa doit déménager loin de ses amis, loin de Camille sa binôme, et changer de lycée. Mélissa n’a aucune confiance à elle, et l’accueil qui lui est fait dans ce nouveau lycée ne va pas l’aider. Dès les premiers jours elle est victime de réflexions et de moqueries. Très vite, ses « camarades » vont la surnommer Mélissa sac à gras, plongeant la jeune fille dans un sentiment de rejet, se sentant rabaissée et perdant alors toute estime d’elle même. Les moqueries vont se transformer en réel harcèlement. Un véritable enfer pour Mélissa. Elle en arrive à s’isoler, à refuser toute discussion avec sa mère et à minimiser les faits lorsqu’elle en parle à son amie Camille. En parallèle, elle semble trouver un peu de réconfort auprès de son prof d’allemand. Bienveillant, gentil, trop séducteur, son attitude est-elle bien innocente?

Ce récit m’a replongée dans mes années lycées. Sans en avoir trop souffert, mes rondeurs n’ont pas toujours été faciles à assumer. Carène a fait remonter quelques mauvais souvenirs et cette sensation de ne pas être comme les autres, d’être à part, d’être « moins bien ». Et pour rien au monde je n’aimerais retourner à mes 17 ans.

Ce roman met en lumière le dramatique problème du harcèlement scolaire, des dégâts qu’il peut causer pour une jeune fille ou un jeune homme. On en parle beaucoup en ce moment, mais c’est vraiment utile je pense. Trop d’adolescents prennent à la légère les moqueries et petits mots qui blessent et écorchent le moral des autres. Je pense que de nombreux jeunes pourront se retrouver dans le personnage de Mélissa. Un roman utile, qui devrait trouver sa place dans chaque CDI de Lycée. Pour ma part, il fait partie de ma prochaine commande jeunesse pour la bibliothèque et je compte bien le promouvoir auprès de mes jeunes lectrices.

 Ma notation :

Un roman à l’atmosphère pesante. On le referme soulagée que tout s’arrête, mais on en garde quelques traces. A faire lire à nos adolescents.

 

 

Surtout ne fermons pas les yeux:

https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/

 

 

Un commentaire sur « Gros sur le coeur, Carène Ponte »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s