Le crocus jaune, Laila Ibrahim

Quatrième de couverture :

À sa naissance, Lisbeth est enlevée à sa mère pour être confiée à Mattie, une esclave, qui se voit contrainte de se séparer de son propre bébé pour devenir la nourrice de l’enfant. Une relation intense, qui va influencer leurs vies pendant des décennies, se développe entre elles et Lisbeth trouve auprès de Mattie et des siens sa famille de cœur. Mais un tel lien entre deux personnes que tout sépare est-il vraiment sans conséquence ?

L’avis de MadameOurse :

Lorsque j’ai vu passer cette couverture sur Netgalley, j’ai beaucoup aimé le fond clair et ces deux mains unies, l’une blanche, l’autre noire. Le thème de l’esclavage est un thème sur lequel j’aime lire et j’ai donc beaucoup apprécié de pouvoir découvrir ce titre qui est le premier de l’auteure.

Le roman s’ouvre aux côtés de Mattie et son fils de 3 mois, Samuel. Cette mère noire très aimante, sait que ce sont ses derniers jours à profiter de son fils. Et en effet, elle est appelée à « la grande maison » auprès d’Ann qui accouche de son premier enfant. La jeune maîtresse, comme toute femme blanche de son époque, confie le nouveau-né à une nourrice. Et c’est donc auprès de Mattie qu’Elisabeth dite Lisbeth va grandir. La petite fille développera très vite un attachement très fort, trop fort même à sa nourrice.

Mattie est très émouvante, en manque de son fils qu’elle voit grandir de loin et avec qui elle ne peut partager que quelques heures par semaine, jamais elle n’en voudra à Lisbeth de l’avoir retirée aux siens. Elle encouragera la petite fille à grandir, lui transmettra les anecdotes de sa vie passé et notamment celle des crocus jaunes, première fleur à éclore au printemps. Mattie prendra aussi garde à ce que l’une et l’autre restent à leurs places respectives car il n’est pas question d’élever la petite blanche autrement que comme une future maîtresse de maison.

Le roman se déroule au moment où le nord et le sud du pays s’affrontent autour de la condition des esclaves et nombreux d’entre eux tentent la fuite pour pouvoir vivre libre. Même si les maîtres de Mattie sont plutôt bons, la jeune femme n’en est pas moins angoissée dans sa vie de famille. En effet, les maîtres ne tiennent absolument pas compte des familles constituées lorsqu’ils se séparent de certains esclaves et ainsi, chaque année, des familles sont séparées. Mattie le sait bien puisque c’est ainsi que sa propre mère lui a été arrachée alors qu’elle n’avait que 8 ans.

Et un jour, cette menace vient encore toucher la famille de Mattie. Alors celle-ci n’aura d’autre solution que d’envisager la fuite. Lisbeth se verra ainsi séparée de sa chère nourrice et la jeune adolescente va grandir avec le manque de la femme qui lui a tout transmis. A ce moment-là du récit, c’est alors la vie de Lisbeth qui va nous occuper et j’en étais plutôt déçue, je ne voyais pas trop ce que la jeune fille allait pouvoir nous apporter. Et je me suis bien trompée. De sa place de riche jeune fille appelée à faire un beau mariage, Lisbeth va pourtant ouvrir les yeux sur le monde qui l’entoure et se rendre compte des pratiques liées à l’esclavage qui l’entourent. Et cette découverte lui sera tellement intolérable qu’elle ne pourra se résoudre à continuer sa vie comme si de rien n’était.

J’ai été très surprise du revirement amené dans le roman par la réaction profonde de Lisbeth à tout cela. Et en fait c’est très beau, Lisbeth est une vraie héroïne, une femme forte et intelligente qui parviendra à construire une vie dans laquelle elle se sentira bien. La fin du roman conclut magnifiquement la destinée des deux femmes, unies par la petite enfance de Lisbeth mais séparée à jamais par leur classe sociale et leur couleur de peau.

Ma notation :

Un très beau roman.

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Publicités

2 commentaires sur « Le crocus jaune, Laila Ibrahim »

  1. C’est vrai que la couverture accroche tout de suite… D’après ce que tu en dis, ce roman semble très touchant. Merci pour la découverte !

    J'aime

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s