Le monde de Christina, Christina Baker Kline

Quatrième de couverture :

Du monde, Christina Olson n’a rien vu. Paralysée depuis l’enfance, elle vit recluse dans la ferme familiale, perchée sur une falaise du Maine. Sa seule ouverture sur l’extérieur : une pièce remplie de coquillages et de trésors rapportés des mers du Sud par ses ancêtres, farouches marins épris d’aventures, et dont les histoires nourrissent ses rêves d’ailleurs.
L’arrivée de nouveaux voisins, la pétillante Betsy et son fiancé, le jeune peintre Andrew Wyeth, va bouleverser le quotidien de cette femme solitaire. Alors qu’une amitié naît entre elle et le couple, Christina s’interroge : pourra-t-elle jamais accéder à la demande d’Andrew de devenir son modèle ? Comment accepter de voir son corps brisé devenir l’objet d’étude d’un artiste, d’un homme ?
L’art est le reflet de l’âme. Et sur la toile, Christina redoute de voir apparaître ses failles, et celle qu’elle aurait tant désiré être…

L’avis de MadameOurse :

J’avais déjà lu Christina Baker Kline en 2016. Son nouveau roman m’a tentée parce qu’il va faire l’objet d’un book club Belfond et puis parce qu’il s’agit d’une Christina qui écrit sur une Christina. Et autour de la vraie histoire d’une femme qui a été peinte par Andrew Wyeth. Voici le tableau que j’ai recherché avant même ma lecture et qui est à l’origine de l’histoire. Il porte le même titre que le roman.

J’ai eu cette image en tête au cours du roman et j’avoue que c’est plutôt agréable d’imaginer ainsi l’histoire autour d’un tableau qui a réellement été peint. En cela déjà, je salue le travail de recherche de l’auteure.

Le roman va nous plonger dans la vie de Christina, à différentes époques. Son enfance assez rapidement évoquée avec une gros point autour de sa vie de toute jeune femme. Puis on la retrouve plus âgée, à l’époque où elle rencontre Andrew et où le tableau sera peint.

La jeune Christina est une jeune fille volontaire, déterminée, qui a un vrai désir de construire sa vie, de vivre sa jeunesse, d’apprendre, etc. Elle est malheureusement atteinte d’une infirmité qui va la freiner et l’empêcher d’avoir une vie normale. Tout au long du roman, j’étais en attente d’en savoir plus sur sa maladie. Et je suis restée sur ma faim car cela n’est pas évoqué. Et certes, malheureusement, à l’époque où a vécu Christina, l’avancée de la médecine était insuffisante pour qu’on en sache plus. Mais j’avoue que je m’étais tellement imaginé que le sujet serait présent que cela a créé un manque

Ceci dit j’ai aimé l’évocation de la famille de Christina, qui étaient ses ancêtres, comment leur vie s’est construite. J’ai adoré le passage où Christina va développer des sentiments amoureux (et je n’en dis pas plus!), j’ai apprécié aussi les relations avec Betsy et Andie. Le monde de Christina est un roman doux, qui nous plonge dans une page de l’histoire assez agréable et intéressante. La famille y est très présente. Il faut avoir en tête qu’il s’agit de la vie dans une petite ville des USA, il y a plusieurs dizaines d’années, avant les grands progrès du monde moderne. C’est donc une vie assez calme et paisible et cela se ressent dans le roman.

J’ai regretté bien évidemment pour Christina à qui je me suis attachée que sa vie n’ait pas été plus heureuse. Mais le roman est fidèle à la vraie vie de Christina Olson et c’est forcément mieux ainsi.

Ma notation :

Une lecture agréable.

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Publicités

Une réflexion sur “Le monde de Christina, Christina Baker Kline

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s