La salle de bal, Anna Hope

Quatrième de couverture :

Lors de l’hiver 1911, l’asile d’aliénés de Sharston, dans le Yorkshire, accueille une nouvelle pensionnaire : Ella, qui a brisé une vitre de la filature dans laquelle elle travaillait depuis l’enfance. Si elle espère d’abord être rapidement libérée, elle finit par s’habituer à la routine de l’institution. Hommes et femmes travaillent et vivent chacun de leur côté : les hommes cultivent la terre tandis que les femmes accomplissent leurs tâches à l’intérieur. Ils sont néanmoins réunis chaque vendredi dans une somptueuse salle de bal. Ella y retrouvera John, un « mélancolique irlandais ». Tous deux danseront, toujours plus fébriles et plus épris. A la tête de l’orchestre, le docteur Fuller observe ses patients valser. Séduit par l’eugénisme et par le projet de loi sur le Contrôle des faibles d’esprit, Fuller a de grands projets pour guérir les malades. Projets qui pourraient avoir des conséquences désastreuses pour Ella et John.

L’avis de MadameOurse :

J’avais repéré la parution de ce titre dans la rentrée littéraire 2017 et cela faisait donc un an qu’il me tentait. J’étais assez curieuse de ce lien entre une salle de bal et un asile.

On va découvrir ici ce qu’était un asile au début du 19ème siècle. C’est assez effrayant car des gens parfaitement normaux s’y retrouvent… Ce sera le cas d’Ella suite à une vitre brisée… Clem, guère plus malade, est la victime d’une haute société dont les hommes, sexe fort et bien pensant, ne savent faire autrement que réduire les femmes au rang d’objets. Et s’offusquent donc de toutes les femmes qui pourraient oser se servir de leur cerveau.

C’est aussi un roman effrayant par le thème de l’eugénisme qui y est abordé [Déf : ensemble des méthodes et pratiques visant à améliorer le patrimoine génétique de l’espèce humaine]. Nous sommes ici bien avant Hitler et pourtant, déjà, on s’intéressait à savoir comment tirer la société humaine vers le haut et donc se débarrasser proprement de ces gens gênants. Les soigner n’est donc pas vraiment l’objectif. Et pourtant cet asile est très impressionnant, c’est une vraie société, complètement auto suffisante avec ses champs qui produisent de quoi nourrir la grande quantité d’hommes et femmes qui y sont internés. Tous travaillent donc à un rang de cette « société ».

Le roman va suivre 3 personnages : Ella et John qui seront attirés l’un par l’autre. Et un médecin, le Dr Charles Fuller. Il est bien particulier ce personnage, d’abord convaincu que la musique qu’il joue pour les internés et les bals qu’il organise chaque vendredi vont permettre de les soigner… Puis, il évolue et …. brrr ce personnage est glaçant.

J’ai été touchée par les personnages de Clem, John, Ella. On a envie qu’ils se sortent de là, qu’ils retrouvent une vie normale et heureuse. Et pour autant, le roman ne m’a pas emportée, je n’ai pas ressenti de grands sentiments avec cette lecture. J’ai même trouvé la lecture assez longue par moments. Finalement, c’est la fin qui m’a bien plu et qui, pour le coup, amenait de jolis sentiments mais trop vite car c’était déjà la fin.

Ma notation :

Un roman intéressant qui me laisse avec des sentiments mitigés.

2 commentaires sur « La salle de bal, Anna Hope »

Répondre à miliette Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s