Le testament de Marie, Colm Toibin

Quatrième de couverture :

Ils sont deux à la surveiller, à l’interroger pour lui faire dire ce qu’elle n’a pas vu. Ils dressent de son fils un portrait dans lequel elle ne le reconnaît pas et veulent bâtir autour de sa crucifixion une légende qu’elle refuse. Seule, à l’écart du monde, dans un lieu protégé, elle tente de s’opposer au mythe que les anciens compagnons de son fils sont en train de forger. Une réinterprétation bouleversante de la figure de Marie, un roman puissant et envoûtant.

L’avis de MadameOurse :

J’ai gagné ce livre lors d’un concours à l’occasion de sa sortie il y a 3 ans. Et vous imaginez bien que, si ce n’est que maintenant que je le lis, c’est parce qu’il sort de mon cadre habituel. J’ai une grosse problématique pour ce genre de lecture : ma culture athée fait que je ne connais rien de la religion chrétienne (ou des autres religions d’ailleurs). C’est quelque chose qui me handicape un peu quelque part, j’aimerais être plus instruite sur le sujet. Et j’avais donc peur en découvrant ce court roman, d’être paumée face à des références que je ne comprendrai pas.

Finalement, il n’en a rien été. Parce que ce roman est très simple et très largement centré autour du personnage de Marie. Et j’ai vraiment aimé le point de vue que l’auteur veut dresser dans son Testament. La volonté est de nous mettre dans la peau de cette femme qui, un jour, eut un bébé comme tant d’autres femmes dans le monde et qui va être confrontée au devenir d’homme de celui-ci. Marie est très neutre dans cette histoire, elle ne met pas son fils sur un piédestal, elle ne tente pas de convaincre tout son entourage de la Vérité énoncée par celui-ci. C’est juste une mère qui a déjà perdu son fils de par le chemin de vie qu’il a choisi, une mère qui va se retrouver, contre sa volonté, a devoir faire attention à sa propre vie. Car oui, via la crucifixion de Jésus, c’est la vie de tout son entourage qui est visée aussi; il faudrait assassiner tous ceux qui l’ont suivi dans sa pensée (tiens, tiens, je fais le parallèle avec Hitler et sa volonté de mettre fin au peuple juif…).

Je ne sais pas comment cette oeuvre a été perçue par les chrétiens, par ceux qui ont une bonne connaissance de la religion mais, personnellement, j’ai apprécié ce point de vue complètement humain. Et la Marie de Colm Toibin m’a touchée.

Ma notation :

Une lecture humaine très intéressante. Je suis contente d’avoir sorti ce livre de ma PAL. Et puis un jour, d’ici 10 / 20 ans (voyons large…), il faudra que je me trouve un livre qui explique bien la genèse de la religion chrétienne (et que je le lise donc…).

Publicités

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s