Si on dansait…, Rachel Joyce

 

Quatrième de couverture :

À Londres, au bout d’une impasse délabrée, Frank n’est pas un disquaire comme les autres. Chez ce marchand de vinyles, une belle équipe de joyeux marginaux se serre les coudes, tous un peu abîmés par la vie.

Surtout, Frank a un don. Il lui suffit d’un regard pour savoir quelle musique apaisera les tourments de son client. Quitte à préconiser du Aretha Franklin à un obsessionnel de Chopin…

C’est ainsi que Frank fait la rencontre de Lisa, une mystérieuse femme au manteau vert. Après s’être évanouie devant sa boutique, elle le supplie de l’aider à comprendre la musique. Lors de leurs rendez-vous, Frank replonge dans sa propre enfance, revoyant sa mère, l’excentrique Peg, lui passer des vinyles sur sa vieille platine.

Lui qui ne croit plus en l’amour depuis longtemps sent son cœur vibrer à nouveau. Et puis, un jour, Frank découvre le secret de Lisa. Le monde s’écroule, il disparaît.

C’est sans compter, pourtant, sur l’extraordinaire solidarité qui règne sur Unity Street. Car après le chaos, il n’est jamais trop tard pour faire renaître l’espoir et réapprendre à danser…

L’avis de Lunatic :

Ce livre je l’ai eu plusieurs fois dans les mains sans l’acheter mais il me tentait bien. Et surprise, alors même que je ne lui en ai jamais parlé, Madame Ourse me l’a offert pour mon anniversaire. Preuve qu’elle me connait bien et sait comment me faire plaisir!

Fin des années 80, Frank continue de vendre des disques malgré l’arrivée du CD qui bouleverse les habitudes. Il est capable de trouver le morceau de musique, la note, l’artiste, la chanson qui convient à chacun selon son humeur, ses attentes. Mais voilà qu’en rencontrant Lisa, il lui est impossible d’identifier sa musique.

Vous l’aurez compris, la musique tient une place importante dans ce roman. Une playlist des musiques qui vont nous accompagner dans le roman est d’ailleurs disponible sur le net, je me suis empressée de la télécharger afin d’être complétement immergée dans l’ambiance du récit. J’ai apprécié découvrir des titres que je connaissais pas, tout autant qu’entendre d’autres sons déjà connus.

Au delà de la musique, ce roman réunit des personnages attachants, sympathiques et tous tellement différents. Ils font toute la richesse de ce roman. Le récit alterne entre passé et présent, on comprend alors pourquoi Franck aime tant la musique. Certains passages du passé sont très tendres et émouvants je trouve. Que dire de Lisa, cette femme mystérieuse et intrigante qui semble avoir souffert. Son secret sera-il mis à jour, je vous laisse le découvrir !

Je l’ai presque trouvé trop court ce roman. J’aurai tant aimé encore écouter quelques vinyles en compagnie de Frank.

Ma notation :

Une pépite de bonheur qui s’écoute autant qu’il se lit.

Publicités

2 commentaires sur « Si on dansait…, Rachel Joyce »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s