Les conquérantes, Alain Leblanc

Quatrième de couverture :

La France des années 30. Tandis que l’Europe s’enfonce lentement dans la guerre, Noémie se découvre mariée à un mari fasciste et antisémite. Comme sa mère avant elle, la jeune femme va devoir entrer en résistance pour faire entendre sa voix : résistance contre l’envahisseur nazi bien évidemment, mais résistance aussi contre l’autorité des hommes et le carcan moral qu’ils imposent aux femmes de toues les conditions. Une lutte qu’elle mènera avec les siens et tous les descendants des héros déjà croisés dans le premier tome des Conquérantes – Les Chaînes (1890-1930).

Faire naître, grandir et évoluer les femmes d’une seule et même famille sur plusieurs générations, voilà le défi relevé par Alain Leblanc qui fait de chacune de ses héroïnes le symbole des époques qu’elles traversent. Un voyage décoiffant au cœur d’un combat fondateur de notre société actuelle.

L’avis de Tittounett :

Voilà un tome que j’attendais avec impatience après avoir lu le premier. Alors quand la Liseuse Hyperfertile m’a proposé de le recevoir, envoyé par l’éditeur, j’étais trop contente.

Dans ce livre on retrouve évidemment Clémence du premier tome mais surtout ses filles : Noémie et Gilberte. Quand l’une s’est rebellée dès l’enfance contre leur père (cf tome 1), la seconde (Noémie) a rapidement préféré ne pas faire de vagues et se soumettre.

Mais la guerre arrive et même si elle ne veut pas s’en mêler, les événements mettent Noémie devant la réalité et plus particulièrement la mort d’un proche en Espagne.

Elle commence à écouter, se renseigner. Sa lecture de Mein Kampf la fera définitivement basculer dans l’horreur. Son mari qu’elle a épousé, poussée par papa, devient clairement et rapidement pour la collaboration avec l’Allemagne.

L’histoire est là. Nous vivrons ce tome à travers Noémie déchirée entre un mari collabo et une famille résistante. L’évolution d’une femme qui n’a jamais voulu faire de vagues, convaincue de son infériorité, qui pourtant, devra jouer un rôle sur tous les fronts d’une guerre impitoyable.

L’histoire des femmes gravitants autour d’elle, l’histoire d’un mari collabo mais pas que, l’histoire de tous les personnages déjà rencontrés dans le tome 1.

Ma notation :

Comme le premier, ça va trop vite, pas assez de détails. On a l’impression de lire une histoire en accéléré mais j’ai adoré quand même et j’enrage de devoir compter les mois avant le dernier tome.

Merci à French Pulp Editions pour cette lecture

Publicités

Un commentaire sur « Les conquérantes, Alain Leblanc »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s