La jeune fille et la nuit, Guillaume Musso

Pourquoi ce livre ?

(MadameOurse) Ben parce que c’est Guillaume Musso et que je n’ai pas pu résister, comme l’an dernier.

(Lunatic) Madame Ourse m’a narguée avec une photo de son exemplaire, alors je l’ai rejointe pour une lecture duo.

La couverture:

(MadameOurse) Superbe j’adore, un livre qu’on a plaisir à toucher. Si l’image en soi avec la silhouette et le jeu de coloris rouge / noir est assez simple, la matière retenue pour la couverture m’a énormément plu.

(Lunatic) Sympa mais sans plus. Après je l’ai lu en version numérique, donc je me rends moins compte.

La quatrième de couverture :

Un campus prestigieux figé sous la neige
Trois amis liés par un secret tragique
Une jeune fille emportée par la nuit
Côte d’Azur – Hiver 1992
Une nuit glaciale, alors que le campus de son lycée est paralysé  par une tempête de neige, Vinca Rockwell, 19 ans, l’une des  plus  brillantes élèves de classes prépas, s’enfuit avec son professeur  de philo avec qui elle entretenait une relation secrète. Pour la jeune fille, « l’amour est tout ou il n’est rien ».
Personne ne la reverra jamais.
Côte d’Azur – Printemps 2017
Autrefois inséparables, Fanny, Thomas et Maxime – les meilleurs  amis de Vinca – ne se sont plus parlé depuis la fin de leurs études.  Ils se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. Vingt-cinq  ans plus tôt, dans des circonstances terribles, ils ont tous les trois  commis un meurtre et emmuré le cadavre dans le gymnase du
lycée. Celui que l’on doit entièrement détruire aujourd’hui pour  construire un autre bâtiment.

Après lecture :

(MadameOurse) J’ai dévoré ce nouvel opus de Musso en 48 heures, pour 420 pages c’est plutôt rapide. C’est un roman qui réunit plein de choses sympa, Musso fait beaucoup de références au monde de 2017 (encore une fois sympa à lire aujourd’hui mais qui pourrait néanmoins avoir du mal à vieillir quand on le relira dans 20 ans). Ces références sont sur tous les plans : littéraire, politique, culturel, cinéma, musique, littérature, mode aussi ! Je me suis particulièrement amusée d’un moment où l’auteur nous replonge dans les looks des lycéens des années 90, je me suis dit que c’était ma génération et ça me parle ! (Ceci dit je suis quand même quelques années plus jeune que le héros). Il nous situe cette année uniquement en France, dans le Sud de la France plus précisément et j’ai bien aimé ce changement. Le roman réunit une sacré panoplie de personnages mais je ne me suis jamais perdue dans qui était qui. Et puis, Musso signe un bon thriller, une enquête haletante. A un moment donné de la lecture, Thomas commence à déterrer pas mal de choses bizarres, à se poser plein de questions et on sait alors que les pages qui suivront nous mèneront à répondre à ces questions et c’est addictif !

Concrètement de quoi il est question ? Du retour de Thomas dans sa petite ville natale où un lourd secret de sa jeunesse est menacé. Ce héros est assez particulier car vous verrez dès le début qu’il a fait quelque chose de mal. Et pourtant, jamais je ne l’ai haï, jamais je me suis dit qu’il n’aurait jamais du faire ça. Est-il excusé par sa jeunesse ? Par sa passion pour Vinca ? Sans doute.

Si j’avais deviné dès le départ qu’une phrase bien précise du roman cachait quelque chose, j’étais bien loin de deviner à quel point l’assemblage de l’histoire était si énorme. C’est colossal mais ça se tient, tout y est, tout est expliqué.

Un bémol néanmoins à pointer, encore un personnage romancier, c’est trop facile ! Je voudrais autre chose… Et une mention spéciale à la double fin qui nous est offerte, j’ai bien aimé qu’on referme le roman avec l’idée d’un autre possible.

(Lunatic) On retrouve ici le style Musso, avec une intrigue addictive, qui enchaîne les révélations. Un style moderne, simple et qui réussit à nous divertir, ce qu’on attend de cet auteur. Dans mon milieu professionnel, beaucoup dénigrent Musso (tout comme Lévy, Pancol ou d’autres encore) et je déteste cela. D’ailleurs je ne pige pas l’intérêt de rabaisser un lecteur sur ses choix. Tout comme les gamins à qui on enlève des mains un manga pour lui fourrer un roman qu’il ne lira pas, sous prétexte que c’est mieux pour lui. Bref !

Ici l’intrigue se passe en France, à Antibes. Thomas, auteur à succès revient des USA pour assister à une réunion d’anciens élèves. Ce retour réveille de vieux secrets qui pourraient bien ressortir après avoir été enfouis près de 25 ans. Le récit va alterner entre 2017 et 1992, l’année où Vinca, la fille la plus en vue du lycée a disparue. Bon, faut avouer les personnages sont quand même assez caricaturaux, mais qu’importe. Encore une fois j’ai pris un joli plaisir grâce à Guillaume Musso.

Publicités

3 commentaires sur « La jeune fille et la nuit, Guillaume Musso »

  1. Ben pour le coup tu vois j’ai été un peu déçue même si j’aime toujours cet auteur… J’ai un goût de trop peu sur la relations de certains couples par exemple sans trop en dire, et puis mince y en a quand même un qui est sacrifié dans cette histoire et ça me « dérange » qu’il soit le grand oublié….

    J'aime

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s