Les fiancés du Rhin, Marie-Bernadette Dupuy

Quatrième de couverture :

Alsace, années 1930. Noëlle, fille adoptive d’un viticulteur de Ribeauvillé, s’éprend d’un jeune étudiant allemand, Hans, venu participer aux vendanges le temps d’une saison. Leur passion n’est pas vue d’un bon œil. L’hostilité à l’égard du couple grandit à mesure que la paix entre la France et l’Allemagne est menacée. Bientôt, la guerre sépare les fiancés : le jeune homme est contraint de retourner dans son pays. Avec pour seules armes leur amour et leur foi en la justice, Noëlle et Hans vont s’acharner à survivre et ne jamais renoncer à se retrouver. L’amour se moque des frontières…

L’avis de Tittounett :

Le résumé est super simpliste et j’ai été heureusement surprise par la richesse de l’histoire et la découverte d’un livre qui tient plus de la saga familiale que de l’histoire d’un personnage unique.

1928 Clémence et sa très jeune fille Noëlle arrivent dans un nouvel endroit. Clémence a répondu a une annonce d’emploi de secrétaire chez un riche viticulteur. Elles emménagent au domaine, rencontrent les autres employés notamment le couple Charles et Marguerite qui devient la meilleure amie de Clémence et Liesele qui devient la meilleure amie de Noëlle.

Mais réside aussi la mère du viticulteur, Martha, haineuse et amère, prête à tout pour séparer Clémence de son fils qui se rapprochent et souhaitent se marier.

Les années passent au travers des manigances de Martha, de l’amour entre Clémence et le si gentil Johann (le viticulteur), de l’amitié indéfectible entre Liesele et Noëlle.

Puis Noëlle rencontre Hans, la guerre se rapproche, nous sommes en Alsace, territoire annexé puis libéré puis à nouveau annexé. La haine des allemands même en temps de paix était tangible, la guerre arrivant la situation devient très violente.

Entre la haine et la violence de Martha soutenue par un ou deux méchants personnages, la guerre, la nationalité allemande de Hans, forcé de s’engager dans l’armée d’Hitler, les camps de concentration, le caractère de Noëlle, l’occupation, l’exode, ce livre est une superbe découverte.

Ma notation :

Je l’ai dévoré et adoré. J’ai hâte d’essayer un autre bouquin de l’auteur que je ne connaissais pas.

2 commentaires sur « Les fiancés du Rhin, Marie-Bernadette Dupuy »

  1. Jamais lu, et pourtant j’en ai des romans d’elle dans ma bibliothèque.
    D’ailleurs, c’est ma hantise quand je reçois ses romans. Des sagas à n’en plus finir dont je me perds dans les tomes?

    Va falloir que je tente quand même une fois.. Mes lectrices m’en disent que du bien aussi.

    J'aime

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s