L’année du flamant rose, Anne de Kinkelin

Quatrième de couverture :

Louise, Ethel, Caroline. Trois amies, joyeuses mais solitaires, partagent tout, leurs peines et leurs bonheurs, leur passion aussi pour les belles choses. Toutes trois sont des créatrices, des faiseuses de rêves, dans leurs ateliers qui se font face dans un passage parisien.

Louise, joaillière, crée des bijoux qui réjouissent le coeur et les yeux. Ethel, corsetière, réveille les sentiments et les sens des amoureuses éperdues (et des autres). Caroline, relieuse, redonne vie aux livres anciens, tout en rêvant la sienne. Toutes trois, passionnées, sont amoureuses de l’amour, mais celui-ci leur semble inatteignable…

Le jour où Louise s’entiche d’un flamant rose empaillé, superbe et quelque peu étrange, qu’elle installe dans son atelier, son regard sur la vie semble changer. Après sa rupture, elle est face à un défi : se relever, tenir debout, comme le flamant sur une patte, pour sa petite fille, Rose, malgré sa fragilité et les obstacles.

Cette année, les trois femmes sauront-elles trouver la force de se reconstruire ?

L’avis de Lunatic :

J’avais envie de lire ce roman pour deux raisons : sa couverture que je trouve très sympa, colorée et attrayante et aussi le fait qu’il a été publié par les éditions Charleston, qui dernièrement m’a apporté de bien jolies lectures.

Ce flamant rose, rapporté de vacances par une de nos trois héroïnes est un prétexte à un changement de vie, et malgré lui, il devient alors le témoin de ce renouveau. On a trois femmes dans ce roman, trois femmes aux doigts d’or dont les ateliers sont voisins. Une créatrice de bijoux, une spécialiste en lingerie et corset et la dernière qui redonne vie aux livres anciens. Ce roman c’est surtout une histoire d’amitié, de solidarité féminine. Elles vont toutes les trois s’épauler.

J’ai eu du mal à m’attacher aux personnages, imaginez qu’à la fin du roman je n’avais pas retenu ce que Caroline faisait dans son atelier. C’est bien la preuve que je n’ai pas réussi à rentrer dans ce roman. Puis pourquoi les hommes n’ont pas eu plus de place dans le récit? Pourtant le roman a tout pour plaire : le rythme est fluide, l’auteur distille de jolies touches d’humour, les thèmes sont variés et forts (amitié, couple, désir, …). Puis la fin qui n’en est pas une à mon sens a confirmé ma déception.

Ma notation :

Petite déception pour ce roman.

 

(Roman lu dans le cadre des Masse Critique Babelio)

 

Publicités

Un commentaire sur « L’année du flamant rose, Anne de Kinkelin »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s