Vous n’êtes pas venus au monde pour rester seuls, Eiving Hofstad Evjemon

Quatrième de couverture :

Le 22 juillet 2011, un véhicule explosait dans le centre d’Oslo, faisant huit morts ; deux heures après, Anders Breivik massacrait soixante-neuf personnes, des jeunes pour la plupart, sur l’île d’Utøya.

Une voiture approche et le temps semble s’arrêter dans la petite ville de Foldnes, en Norvège. Nous sommes le 29 juillet 2011, une semaine après le massacre perpétré par Anders Breivik sur l’île d’Utøya où soixante-neuf personnes, des jeunes pour la plupart, furent abattues. Sella observe ses voisins dans le véhicule : la mère au volant, le père à côté, les deux garçons à l’arrière et une place restée vide. Ils rentrent chez eux sans leur fille, leur sœur, assassinée au cours de l’attaque.
Sella et son mari vivent depuis longtemps près de cette famille qu’ils ne connaissent pas. Pourtant, eux aussi ont perdu un enfant il y a plusieurs années. Leur fils adoptif, d’origine philippine, était parti à dix-huit ans sur les traces de ses parents biologiques. Il ne rentra pas. Dévastée par cette disparition, Sella aimerait aujourd’hui être présente pour ses voisins, mais peut-on être solidaire de la douleur de l’autre ?
Vous n’êtes pas venus au monde pour rester seuls interroge le sens du deuil collectif, du deuil intime et du deuil par procuration. Evjemo installe une atmosphère hyperréaliste au service d’une histoire dont le terrorisme n’est pas l’objet mais le cœur. Une fiction sur l’état de nos sociétés post-attentats. Un texte important, poignant.

L’avis de MadameOurse :

Ce roman ne cadre pas du tout avec mes lectures habituelles. J’ai été intriguée par l’histoire écrite en parallèle avec le massacre de 2011, date que j’ai bien en mémoire puisque j’ai appris ces événements après un WE de mariage.

J’ai eu du mal à lire ce roman, il m’a fallu un peu de temps et j’avoue que je me suis forcée à y revenir. Une fois de plus, je me suis faite avoir par mes attentes. Car, ici, finalement, les tristes événements norvégiens ne sont qu’une prétexte au récit, il n’y a pas de lien fort avec l’histoire de Sella et Arild qui nous est racontée. Le seul lien, c’est Sella qui le crée, faisant un parallèle entre ses voisins qui ont perdu leur fille dans la tuerie et eux qui ont perdu un fils.

Au début, il y a un peu de mystères sur le couple que forment Sella et Arild. Puis, l’auteur nous déroule leur histoire. Une vie que j’ai trouvée assez plate, c’est un couple sans histoire, à la vie un peu morne. Ils n’auront pas d’enfant et adopteront Kim. Malgré toute leur bonne volonté, au fond de son cœur, Kim ne deviendra jamais réellement leur fils. Et il finira par couper les liens puis disparaître.

Je dois vous avouer que je n’ai pas trouvé grand intérêt à cette lecture, les personnages ne sont pas plus attachants que ça, leur vie pas folichonne et je n’ai pas vu de but particulier au récit. Avec un titre aussi fort, je m’attendais à des émotions plus marquées lors de ma lecture. Mais peut être finalement que le but est là, nous faire réagir à travers ce couple… Je ne sais pas trop…

Ma notation :

C’est une lecture qui ne va pas me marquer. Mais dont je serai curieuse de lire d’autres avis pour comprendre comment d’autres lecteurs ressentiront ce texte.

 

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Ce roman est à paraître le 30 août chez Grasset.

2 commentaires sur « Vous n’êtes pas venus au monde pour rester seuls, Eiving Hofstad Evjemon »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s