Un merci de trop, Carène Ponte

Quatrième de couverture :

S’il fallait décrire Juliette en un seul mot,  » transparente  » serait sans nul doute le bon.
Depuis qu’elle est toute petite, Juliette a toujours fait ce que l’on attendait d’elle. Pour ne pas déplaire, pour ne pas décevoir. Mettant de côté ses rêves et celle qu’elle est vraiment. Résultat, à trente ans, elle mène une vie sans relief, ennuyeuse au possible. Une vie où choisir entre lasagnes et sushis est un événement.
Pourtant, elle se sent de plus en plus à l’étroit dans cette vie, dans cette peau.Elle a envie de crier qu’elle n’est pas cette fille sans personnalité. Elle a envie d’aborder son voisin pour lui dire qu’il lui plaît.
Et, par-dessus tout, elle a envie d’enfin réaliser son rêve, celui de devenir écrivain.Il n’est jamais trop tard pour devenir soi. C’est ce que va découvrir Juliette au détour d’un merci, un merci de trop. Même si elle est alors loin d’imaginer ce qui va en découler (une démission, une histoire d’amour et… une surprise) !

L’avis de Lunatic :

J’avais adoré Tu as promis que tu vivrais pour moi, et il y a quelques jours, dans un salon du livre de ma campagne Lorraine, je tombe par hasard sur le stand de Carène Ponte. Pour tout vous dire, je suis arrivée en pleine pause déjeuner, et quand j’ai vu sa pile de romans et son nom, j’étais toute contente. J’ai patiemment attendu le retour des auteurs pour lui dire à quel point j’avais aimé son dernier roman et j’en ai profité pour m’offrir Un merci de trop, avec une dédicace en prime. Une femme très sympathique et agréable, à l’écoute de ses lecteurs (qui vous réserve d’ailleurs une petite surprise, patience…).

Je suis dans une période très thriller/policier depuis quelques mois, alors ce genre de lecture fait un bien fou! Une lecture pleine de fraîcheur, d’humour, d’émotion, de bons sentiments, de bonheur ! Dès les premières pages je me suis attachée à Juliette et je me suis retrouvée un peu en elle. Juliette qui décide de tout envoyer voler, de reprendre sa vie en main et d’enfin s’affirmer. Ce qu’elle ne voyait pas venir, c’est un petit détail qui allait légèrement bouleverser ses plans  (je vous laisse le découvrir en lisant le roman). Obligatoire dans ce genre de roman, des personnages secondaires tout aussi attachants et originaux : Nina l’amie pleine de bons conseils et de bienveillance, la mère un peu envahissante, ou encore Luc, le voisin si charmant.

J’ai lu quelques critiques négatives sur la légèreté de l’histoire, le manque de style ou de cohérence dans le récit. Mais on s’en moque, ce roman est bien écrit je trouve, l’auteur fait son job, c’est-à-dire nous faire sourire, rire (j’adore ces notes en bas de pages), et nous dépeint des personnages attachants et attendrissants. Sa plume me fait d’ailleurs penser à celle de Virginie Grimaldi. Un roman à lire sur la plage, au bureau ou dans son canapé, qui ne peut que plaire aux trentenaires comme moi.

Ma notation :

Rire et émotions, un mélange parfait

Publicités

Une réflexion sur “Un merci de trop, Carène Ponte

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s