Hotel des muses, Ann Kidd Taylor

Quatrième de couverture :

Maeve, une biologiste marine, arpente les océans du monde. À l’approche de son anniversaire, elle retourne dans le golfe du Mexique, à l’Hôtel des Muses, fondé par son exubérante grand-mère sur un îlot paradisiaque. Dans ce lieu splendide où elle a grandi, elle veut faire le point sur sa vie.
Ce séjour va prendre une tournure inattendue. Dès son arrivée, Maeve ap­prend qu’un nouveau chef a été embauché : Daniel, son amour de jeunesse, avec qui elle a failli se marier sept ans plus tôt. Puis son frère lui annonce qu’il va publier un premier roman inspiré de sa vie amoureuse. Maeve se sent trahie, et bientôt, quelqu’un s’en prend aux requins citrons, son espèce favorite…
Avec un cadre somptueux, une fine analyse des sentiments et des personnages profonds, Hôtel des Muses est une évocation tendre et touchante du pouvoir du pardon et de la promesse du véritable amour.

L’avis de MadameOurse :

Lorsque j’ai vu ce roman sur le site de Netgalley, j’ai été directement conquise par sa couverture. J’ai eu la chance de pouvoir le lire et j’en suis ravie.

Je me suis plongée dans cette lecture avec beaucoup beaucoup de plaisir. Je me suis sentie dans un cocon. L’histoire commence en pleine plongée sous marine où l’on découvre Maeve, biologiste marine qui a développé une adoration des requins alors qu’elle n’était qu’une petite fille. Elle est en fin de mission et s’apprête à rentrer chez elle et à dire adieu à son collègue Nicholas après un petit rapprochement avec celui-ci, à la fin de son séjour.

De retour chez elle en Floride, on découvre le cadre où elle a vécu son enfance, le fameux Hotel des muses. Cet hôtel m’a beaucoup plu, il est comme un personnage du roman. Chaque chambre y est consacrée à un écrivain que la grand mère de Maeve, Perri, adore. Et celle-ci y organise tout au long de l’année des événements autour de la lecture. Il m’a fait rêver cet hôtel, les descriptions sont superbes, le cadre géographique idéal et puis… l’auteure qui évoque son amour des livres à travers ce lieu, c’est le petit détail du roman que j’ai beaucoup aimé.

Le retour de Maeve à l’hôtel est l’occasion pour l’auteure de nous confier petit à petit les grandes souffrances de son passé. J’ai beaucoup beaucoup aimé comment celles-ci sont amenées, tout en douceur. Le récit est beau, l’écriture fluide, plaisante bref c’est très réussi. Maeve a perdu ses parents alors qu’elle n’était qu’une petite fille puis elle a été mordue à la jambe par un requin (d’où son adoration de cette espèce et oui drôle de réaction). C’est ce jour là qu’elle avait aussi embrassé pour la toute première fois Daniel qui devient par la suite son amour de jeunesse. A travers ces petits flash back de la vie passée de Maeve, l’auteure construit son personnage. Je me suis très vite attachée à la jeune femme, j’ai beaucoup aimé le personnage et les liens qu’elle développe avec son entourage.

Je ne veux pas trop en dévoiler sur le contenu du roman. Comme le décrit la quatrième de couverture, Maeve retrouve Daniel son amour de jeunesse avec qui les choses se sont mal finies. Il est alors papa d’une petite Hazel à laquelle Maeve va s’attacher très vite. Maeve n’en a pas encore fini dans sa tête de son histoire avec Daniel, tout est toujours resté sur un goût d’inachevé et viendra alors la question d’une seconde chance pour leur histoire… Mais dans le roman il y aussi Nicholas avec qui une histoire débutait…

On va donc suivre Maeve tout l’été avec ce questionnement amoureux. Et on est aussi plongés dans son travail de biologiste auprès des requins à travers une affaire de trafic d’ailerons. J’ai beaucoup fait un parallèle lors de ma lecture avec Le murmure du vent qui évoque aussi une problématique de survie d’une espèce animalière mais autant j’avais trouvé le sujet trop pointu dans ce roman, autant, ici, ça amène de l’action juste comme il faut sans « gaver » des incultes comme moi.

Le développé de l’histoire d’amour de Maeve m’a, par moments, un petit peu agacée. Vous savez, j’avais envie de prendre Maeve par la main ou de lui chuchoter « mais non arrête ça, ça ne marchera jamais ». J’avais tellement envie que l’auteure développe les 2 histoires d’amour, qu’on puisse découvrir la naissance des sentiments chez Maeve dans les 2 couples. Mais bon, c’est pas un récit polygame donc bien sûr cela n’a pas eu lieu. Allez, j’en dis pas plus, il y a un vrai choix au final, il est mature et assumé mais… il a un goût de trop peu.

Ma notation :

Une très belle lecture. Et une auteure à suivre de près ! (Ann Kidd Taylor est d’ailleurs la fille de Sue Monk Kidd)

 

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Publicités

4 réflexions sur “Hotel des muses, Ann Kidd Taylor

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s