Le pianiste de Hartgrove Hall, Natasha Solomons

Quatrième de couverture :

Harry Fox-Talbot, célèbre compositeur anglais, veut qu’on le laisse en paix. Sa femme bien-aimée est morte, il est incapable d’écrire une seule note de musique, et non merci, il ne veut pas pratiquer de loisir. Puis un jour, il découvre que son insupportable petit-fils de quatre ans, Robin, est un prodige du piano. La musique revient alors dans la vie de Fox, qui se voit forcé de renouer avec sa famille au passé douloureux.
En 1947, Fox et ses deux frères ont survécu à la guerre et reviennent à Hartgrove Hall bien décidés à sauver des ruines la splendide demeure. Mais la venue de la chanteuse vedette des années quarante, la ravissante Edie Rose, emmêle les fils de l’amour et du devoir et sème un chaos qui va s’achever par une trahison dévastatrice.
Avec émotion, lyrisme et humour, Natasha Solomons nous livre une histoire captivante de passion et de musique, qui entremêle les racines familiales, les chansons anciennes et la nostalgie pour les traditions, ainsi que les liens si fragiles qui nous unissent à ceux qui nous sont chers.
Un roman enchanteur sur un homme passionné, une femme insaisissable et la redécouverte du bonheur qui peut naître des ruines d’un deuil.

L’avis de MadameOurse :

Le pianiste de Hartgrove Hall, c’est Harry dit « Fox ». On découvre dans ce roman sa vie par une alternance de chapitres qui évoquent d’une part sa jeunesse après la seconde guerre mondiale et, d’autre part, sa vie de veuf dans les années 2000. J’ai été complètement charmée par la façon dont l’histoire nous est ainsi comptée « par les deux bouts ».

Jeune homme, Harry retrouve avec ses frères leur manoir de Hartgrove Hall. La maison est en ruines, ils n’ont pas un sou. Jack le frère aîné de Fox leur présente sa compagne Edie Rose une célèbre chanteuse. Fox et Rose ayant en commun une passion pour la musique se rapprochent.

Par ailleurs, âgé de 70 ans, Fox vient de perdre son épouse Edie. Sa passion pour la musique, qui l’a porté toute sa vie, l’a déserté et il ne sait se remettre de la perte de celle qu’il a aimée. Puis un jour, il découvre en son petit fils Robin alors âgé de 5 ans, un prodige du piano. Il va lui transmettre son savoir et reprendre goût à la vie.

Ce qui est très plaisant dans la façon dont le récit nous est conté c’est que les indices sur la vie d’après de Fox nous permettent de deviner un petit peu comment sa vie de jeune homme va s’orienter. Mais sans les détails et c’est ce qui fait qu’on a hâte que les instants clés de la vie de Fox nous soient racontés.

Et puis, sans être une passionnée de musique, j’ai été charmée par cette passion qui est le fil qui unit tous les personnages clés du roman : Edie chanteuse, Fox compositeur, Robin pianiste. La musique est au cœur de leur vie et j’ai vraiment beaucoup aimé le récit autour de ça.

A côté de ça il y a l’histoire entre Edie et Fox, interdite puisque celle-ci a épousé Jack mais dont on sait qu’il y a eu revirement puisqu’au final Edie était bien la femme de Fox et mère de ses enfants. On attend donc au fil des pages de savoir comment cette histoire d’amour va basculer. Et j’ai aimé également cet aspect du roman.

Ma notation :

Une lecture que j’ai beaucoup aimée. J’ai passé un très joli moment à Hartgrove Hall. Il m’a toutefois manqué la petite étincelle de fin qui m’aurait fait refermer le livre avec une émotion encore plus forte.

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Publicités

Une réflexion sur “Le pianiste de Hartgrove Hall, Natasha Solomons

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s