Là où tu iras j’irai, Marie Vareille

Quatrième de couverture :

Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d’actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique.
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l’homme qu’elle aime, sous prétexte qu’elle ne veut pas d’enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d’accepter le seul travail qu’on lui propose : utiliser ses talents de comédienne pour séduire Jan Kozlowski, un jeune veuf sur le point de se remarier.
La voilà donc partie en Italie, dans la maison de vacances de la richissime et déjantée famille Kozlowski. Seule ombre aux deux semaines de dolce vita qui se profilent : pour exécuter en toute discrétion sa mission « séduction », Isabelle devra jouer le rôle de l’irréprochable nanny anglaise de Nicolas, 8 ans, qui n’a pas prononcé un seul mot depuis la mort de sa mère cinq ans plus tôt. Isabelle est bien loin d’imaginer à quel point cette rencontre improbable avec ce petit garçon blessé par la vie va bouleverser sa vision du monde.

L’avis de MadameOurse :

J’ai vu passer plusieurs très bons avis de ce livre avant de m’y plonger mais, en débutant ma lecture, je me suis sentie dans une chick lit légère, truffée d’humour mais pas bien différente d’une autre chick lit (je n’ai rien contre ce style de lecture mais j’en lis peu parce que c’est un peu simplet à mon goût et que je cherche plus que ça dans mes lectures). Isabelle est la trentenaire gamine typique, pas de vrai métier, gaffeuse et absolument pas prête à agir comme une adulte ! Elle déteste les enfants et va refuser la demande en mariage de Quentin, affolée par le fait que cet engagement va précéder l’envie d’enfant de son compagnon.

Le besoin d’argent va alors la forcer à accepter un poste d’actrice improbable puisqu’il s’agit en fait de séduire Jan pour le faire rompre avec sa compagne, Colombe, que la fille aînée de Jan semble avoir pris en grippe. On se retrouve alors à suivre Isabelle en Italie, dans la riche demeure de vacances de la famille Kozlowski. Et c’est là pour moi que le roman a pris un tout autre sens. Isabelle, qui ne veut absolument pas d’enfant et dit les détester va devoir gérer un enfant muet depuis le décès de sa mère et 2 ados survoltées. Et évidemment, elle le fera avec son naturel gaffeur et sans aucune notion d’éducation mais … avec succès !

Très vite finalement, son rôle d’actrice, séduire Jan, passe à la trappe (d’ailleurs elle mettra un moment avant même de croiser réellement le père des enfants) et, contre toute attente, elle va faire des miracles avec les enfants ! Et c’est là que j’ai été bien surprise au cours de ma lecture car, sous ce que j’avais déjà catalogué comme une chick-lit, il y a plein de personnages blessés par la vie et plein de belles émotions superbement racontées. Ajoutez à ça une bonne dose de quiproquo liés au faux emploi de nounou d’Isabelle et vous avez tout ce qu’il faut pour passer un bon moment de lecture !

Ma notation :

Une très belle surprise ! Tout à fait le genre de livre qu’on se régale à lire en vacances quand on a envie de quelque chose de simple mais touchant !

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Publicités

2 réflexions sur “Là où tu iras j’irai, Marie Vareille

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s