La ferme du bout du monde, Sarah Vaughan

Quatrième de couverture :

Cornouailles, une ferme isolée au sommet d’une falaise. Battus par les vents de la lande et les embruns, ses murs abritent depuis trois générations une famille… et ses secrets. 1939. Will et Alice trouvent refuge auprès de Maggie, la fille du fermier. Ils vivent une enfance protégée des ravages de la guerre. Jusqu’à cet été 1943 qui bouleverse leur destin. Été 2014. La jeune Lucy, trompée par son mari, rejoint la ferme de sa grand-mère Maggie. Mais rien ne l’a préparée à ce qu’elle y découvrira. Deux étés, séparés par un drame inavouable. Peut-on tout réparer soixante-dix ans plus tard ?

L’avis de MadameOurse :

J’ai été complètement sous le charme de la couverture aux couleurs si douces de ce roman. Et le résumé colle aussi à tout ce que j’aime : des secrets de famille, la période de la seconde guerre mondiale, des histoires de génération…

En débutant ma lecture, une fois de plus, je rencontre un procédé d’écriture dont je me suis lassée à force : on suit Maggie puis Lucy sa petite fille et on navigue d’une période à une autre, la jeunesse de Maggie dans les années 40 et la vie de Lucy et de sa grand mère en 2014. Encore une fois, je me suis attachée alors à l’une et pas à l’autre, j’ai adoré la jeunesse de Maggie, ses liens avec Alice et son frère Will, la vie à la ferme, la beauté du cadre de vie dans les Cornouailles. Quant à Lucy et bien déjà sa vie est moins folichonne, elle prend une pause professionnelle suite à une erreur qui aurait pu être grave, fait un break avec son mari qui vient de la tromper et retourne auprès de sa famille… C’est assez vite vu de comprendre pourquoi elle m’a moins touchée, émue.

Mais au final, la vraie héroïne c’est bien Maggie. Elle va connaitre un amour de jeunesse sublime mais où tout ne se passera pas comme prévu, le poids de l’époque, des conventions, etc. J’en dis déjà trop en une si petite phrase… C’est le secret que Maggie va vivre jeune qui va amener la suite du roman et qui va se dénouer seulement en 2014, 70 ans plus tard ! L’histoire est très jolie même si finalement l’enquête liée à ce secret m’a semblé un peu simple.

A côté de ça, on suit Lucy, son frère Tom et leur mère Judith (la fille de Maggie) dans leur combat pour sauver la ferme familiale. J’ai bien aimé également cette partie, l’attachement de la famille à l’héritage familial, la difficulté d’exercer ce métier et d’en vivre de nos jours est bien évoquée.

Ma notation :

Un joli roman. Un bémol cependant sur la révélation finale, c’est peu creusé.

(Roman lu en partenariat avec Netgalley, il paraîtra le 5 avril 2017 aux éditions Préludes)

Publicités

5 réflexions sur “La ferme du bout du monde, Sarah Vaughan

  1. J’aime bien ce genre de livre qui nous balade entre deux périodes, mais parfois cela peut être déséquilibré. Un destin nous passionne plus que l’autre. Cela peut aussi s’essouffler, lasser. Dernièrement j’ai lu une saga familiale, qui n’alternait pas entre les périodes, mais s’écrivait de façon linéaire. Je crois que je préfère. Je te la recommande : Pieux Mensonges 🙂

    J'aime

  2. J’aime aussi beaucoup les sagas familiales, pourtant je m’aperçois que j’en ai peu lu ces dernières années. Du coup, je ne pense pas que le procédé d’écriture que tu décris me gênerait (remarque, c’est le cas dans « le dernier des nôtres », non ?), et ça me donne bien envie de me procurer ce livre.
    Merci, bises !

    J'aime

  3. Effectivement ce style « on suit plusieurs histoires à plusieurs périodes en parallèle » semble très à la mode. C’est sympa, mais lire autre chose de temps en temps c’est bien aussi 😉
    Dans ce genre j’ai lu « Un goût de cannelle et d’espoir » de Sarah McCoy que j’ai adoré.
    Et côté saga, vous connaissez Tamara McKinley ? Ça se passe en Australie : « sagas familiales ayant pour toile de fond l’installation des pionniers dans la brousse australienne » (biographie de la Fnac). J’aime beaucoup aussi même si au bout de 2 ou 3 j’ai l’impression de toujours lire la même chose…

    J'aime

  4. J’ai aussi eu la chance de lire ce livre grâce à NetGalley et je suis comme toi, à la fois sous le charme de l’histoire et surtout des personnages mais un peu déçu par le procédé, qui est très à la mode en ce moment (Karen Viggers par exemple) et par la fin pas très originale.

    J'aime

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s