Ma fille, Jane Shelmit

dscn4183Quatrième de couverture :

Jenny est médecin, mariée à un neurochirurgien célèbre. Ensemble, ils ont élevé trois superbes enfants. Un soir, la plus jeune, Naomi, 15 ans, ne rentre pas à la maison. Les recherches lancées à travers tout le pays restent vaines. L’adolescente a disparu. La famille est brisée.

Plus d’un an a passé et les pires scénarios envisagés – enlèvement, assassinat – semblent de moins en moins plausibles. L’enquête s’essouffle… Cependant, Jenny, désespérée et obsessionnelle, n’a pas renoncé. Elle continue à chercher. Elle sent qu’elle ne retrouvera pas sa fille si elle ne sait pas tout de sa vie. Mais faut-il vraiment vouloir tout savoir de ceux qui nous sont le plus proche ? Car les vérités qu’elle va découvrir sont loin d’être celles auxquelles elle s’attendait.

L’avis de MadameOurse :

Dans ce roman, dans chaque chapitre il y a différents cadres de temps : un premier en 2009 qui nous raconte les jours d’avant et après la disparition de Naomi et un second en 2010 où nous apprenons petit à petit comment vit la famille de la jeune fille depuis sa disparition et notamment sa mère Jenny. Le découpage est présent dans chaque chapitre, on le commence toujours sur les événements actuels pour ensuite replonger en arrière. Cette organisation temporelle est fluide et bien amenée, je m’y suis vite habituée et n’ai jamais ressenti de frustration à passer d’un moment à l’autre.

On comprend assez vite que l’enquête sur la disparition de Naomi est toujours en cours 1 an après, qu’il n’y a que des pistes et qu’on ne sait pas si la jeune fille est toujours en vie. Sa famille est brisée, Jenny a quitté son mari et son travail, leurs 2 fils aînés sont partis vivre leur vie, la disparition a été un accélérateur de l’éclatement de la famille.

J’ai aimé comme tous les éléments nous sont amenés petit à petit, aux côtés de Jenny et en suivant l’enquête on découvre avec elle les zones d’ombre de la vie de Naomi, ces secrets typiques de la vie d’une adolescente et cette mère qui culpabilise d’avoir été prise dans le rythme des jours, dans l’organisation du quotidien qui lui a fait perdre le lien fort avec sa fille. Pour autant, j’ai trouvé le récit assez plat, pas ennuyeux non car le récit est riche de plein de petites révélations. Mais il n’y a pas de suspense et c’est un peu ce que j’attends toujours dans ce genre de lecture.

Je ne me suis pas particulièrement attachée aux personnages, j’ai lu le roman avec l’envie de savoir ce qui était arrivé à Naomi mais sans une émotion vive face à la douleur de la perte que vit sa famille. J’ai sans doute un peu jugé Jenny au fond de moi sur ces choses qu’elle n’a pas vues alors qu’en toute honnêteté je suis convaincue qu’aucune mère ne l’aurait vu / deviné.

Le final est assez stupéfiant toutefois, je ne m’attendais vraiment pas à cela. Encore un roman que l’on referme avec encore plein de questions en tête et ici, la question majeure étant « et après? », que devient la famille en apprenant la vérité ? Evidemment c’est fait exprès pour que le lecteur imagine lui même la suite en se mettant à la place des différents personnages.

Ma notation :

Le thème traité m’a plu, le roman se lit bien, sans ennui mais il m’a manqué la petite étincelle pour que ce livre soit plus que « bien ». Je n’ai pas vraiment compris non plus l’image traitée sur la couverture, ce papillon dans son bocal…

dscn4181

Publicités

2 réflexions sur “Ma fille, Jane Shelmit

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s