La petite couturière du Titanic, Kate Alcott

004

Quatrième de couverture :

Avril 1912. Tess Collins, une jeune servante anglaise, est venue à Cherbourg vivre de sa passion, la couture. Hélas, la maison qui l’emploie la traite comme une domestique.
Lorsqu’elle apprend qu’un paquebot se dirigeant vers les Etats-Unis va faire escale à Cherbourg, elle décide d’embarquer pour tenter l’aventure.
À bord du Titanic, elle fait connaissance de Lucy Duff Gordon, célébrité de la haute couture anglaise, qui s’apprête à présenter sa nouvelle collection à New York. Sa femme de chambre lui ayant fait faux bond, elle décide d’employer Tess.
En première classe du navire, Tess découvre un monde fastueux. Elle fait la rencontre de deux hommes, Jim, un marin, et Jack, un self-made-man américain. Mais, tandis qu’un triangle amoureux s’installe, le paquebot, sans que ses occupants s’en doutent, fonce vers un iceberg…
Réchappant à la catastrophe, Tess découvre que sa maîtresse a embarqué à bord d’un autre canot de sauvetage. Mais celle-ci a-t-elle survécu aux dépens d’autres passagers ? Elle se trouve bientôt face à un dilemme : rester fidèle à sa maîtresse ou dire ce qu’elle a découvert des circonstances du drame ?

L’avis de MadameOurse :

Ce roman m’a de suite donné envie, se plonger dans le luxe de ce paquebot géant dont la traversée vira au drame. Le personnage de Tess est très sympathique, jeune femme volontaire qui veut donner un sens à sa vie, ne plus dépendre des gens et avoir un emploi gratifiant. C’est sur un coup de tête et avec un sacré culot qu’elle réussit à embarquer sur le Titanic.

Puis, l’histoire est conforme, celui-ci fait naufrage et elle en réchappe avec sa patronne Lady Lucy. A New York, c’est une nouvelle vie qui débute, pleine d’espoirs. Tess va entrer dans l’univers de la mode dont elle rêve tant et j’ai bien aimé découvrir ce thème lors de ma lecture. Il y a malgré tout une partie du récit qui m’a un peu plombée car je m’attendais vraiment à ce qu’on passe à autre chose (ce qui ne sera en fait jamais le cas) c’est le récit des interrogatoires pour démêler les culpabilités ou non des personnes rescapées du naufrage. Au début cette partie est intéressante mais elle m’a vite agacée. J’ai grandement préféré la partie où Tess va faire des choix de vie professionnels et amoureux pour dessiner son avenir.

C’est un roman qui se lit bien, avec des événements suffisamment présents, des personnages soit horripilants soit attachants. Je n’ai pas spécifiquement apprécié la fin, je m’attendais à ce que Tess fasse des choix différents…

Ma notation :

Une lecture agréable. Mais sans plus !

Publicités

3 réflexions sur “La petite couturière du Titanic, Kate Alcott

  1. J’aimerais bien le lire, pour le changement d’époque, et pour l’ambiance Titanic, que j’avais aimé dans le film déjà… Pourquoi pas, malgré ton petit bémol concernant la fin. 🙂 Belle journée à toi !

    J'aime

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s