Le dernier des nôtres, Adélaïde de Clermont-Tonnerre

005

Quatrième de couverture :

« La première chose que je vis d’elle fut sa cheville, délicate, nerveuse, qu’enserrait la bride d’une sandale bleue… » Manhattan, 1969 : un homme rencontre une femme.
Dresde, 1945 : sous un déluge de bombes, une mère agonise en accouchant d’un petit garçon.
Avec puissance et émotion, Adélaïde de Clermont Tonnerre nous fait traverser ces continents et ces époques que tout oppose : des montagnes autrichiennes au désert de Los Alamos, des plaines glacées de Pologne aux fêtes new-yorkaises, de la tragédie d’un monde finissant à l’énergie d’un monde naissant… Deux frères ennemis, deux femmes liées par une amitié indéfectible, deux jeunes gens emportés par un amour impossible sont les héros de ce roman tendu comme une tragédie, haletant comme une saga.
Vous ne dormirez plus avant de découvrir qui est vraiment « le dernier des nôtres ».

L’avis de MadameOurse :

Au début de ce roman, Werner rencontre Rebecca. Et il tombe immédiatement fou amoureux. Nous faisons alors connaissance avec ces deux jeunes gens bien différents qui auront une histoire d’amour unique et tumultueuse. En parallèle, l’auteure nous amène à découvrir les tous premiers jours du jeune Werner et l’épopée qui fera de lui, né sur le continent européen lors de l’occupation nazie, un jeune américain adopté.

Entre les deux, un électrochoc suscité par la rencontre entre Werner et la mère de Rebecca mènera le couple aux secrets de la naissance du jeune homme. Dès la seconde partie du roman, l’histoire prend donc un rythme haletant, on cherche vraiment à savoir ce qu’il en est, si ce bébé est né dans le camps des gentils ou des méchants en quelque sorte. J’ai beaucoup aimé la façon dont l’histoire est construite, l’ambiguïté permanente du roman car nous nous attachons à Werner mais avons peur de tomber sur les zones d’ombre de son histoire familiale.

J’ai eu un petit instant de déception sur la révélation de l’énigme de ce titre « Le dernier des nôtres », je m’attendais à quelque chose de plus mais la fin du roman est vraiment forte et très réussie.

Ma notation :

Un très beau roman qui mêle récit historique, histoire d’amour et quête d’identité

Publicités

4 réflexions sur “Le dernier des nôtres, Adélaïde de Clermont-Tonnerre

    • Voilà je l’ai dévoré en deux jours ! J’ai beaucoup aimé, je rejoins tout à fait ton avis Mme Ourse, on arrive pas à le lâcher avant d’avoir terminé. Petite déception sur le titre également, mais rien de grave …
      Merci encore pour l’idée !

      Aimé par 1 personne

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s