L’écorchée, Donato Carrisi

004

Quatrième de couverture :

« JE LES CHERCHE PARTOUT.
JE LES CHERCHE TOUJOURS, »

Sept ans après s’être mesurée au Chuchoteur, Mila Vasquez travaille aux Limbes, le département des personnes disparues. L’enquêtrice excelle dans son domaine. Peut-être parce qu’elle est incapable d’éprouver la moindre émotion. Ou peut-être parce qu’elle-même porte dans sa chair la marque des ténèbres.

On a tous ressenti l’envie de s’évanouir dans la nature. De fuir le plus loin possible. De tout laisser derrière soi.

Or chez certains, cette sensation ne passe pas. Elle leur colle à la peau, les obsède, les dévore et finit par les engloutir. Un jour, ils se volatilisent corps et biens. Nul ne sait pourquoi.

Bientôt, tout le monde les oublie. Sauf Mila.

ET PUIS, SOUDAIN, CES DISPARUS RÉAPPARAISSENT POUR TUER.

Face à eux, Mila devra échafauder une hypothèse convaincante, solide, rationnelle. Une hypothèse du mal. Mais pour les arrêter, il lui faudra à son tour basculer dans l’ombre.

L’avis de Madame Ourse :

Ce roman est la suite du chuchoteur où nous faisions connaissance avec Mila Vasquez. J’avais dit (en mai 2015 hum hum) qu’il me faudrait donc vite en lire la suite. Résultat bingo, je viens de finir L’écorchée.  Et bien évidemment je ne me souvenais absolument pas du premier épisode… Donc j’ai perdu tout le plaisir de relier les rappels de ce qu’il s’était déjà passé. Ça ne rend pas la lecture incompréhensible mais bon j’ai manqué certains détails. La prochaine fois que je me lance dans une saga il va donc me falloir être plus assidue !

Mis à part cette déception qui est une erreur de ma part j’ai dévoré L’Ecorchée. Et une fois de plus j’admire le talent de Donato Carrisi. Ses thrillers sont très construits, les enquêtes sont complexes, il y a plein de personnages, de rebondissements, de suspense, d’enquêtes dans l’enquête, d’action, de psychologie. Bref, il manque quoi ? Rien car en plus de ça c’est bien écrit et il ne perd pas son lecteur (même moi et mes hormones fatiguées j’ai accroché).

J’ai adoré le concept de base du roman, des hommes et des femmes qui ont disparu il y a des années, dont personne n’a su ce qu’ils étaient devenus et qui réapparaissent soudainement, sans se cacher, pour tuer ! Déjà là on est dans l’originalité. L’histoire est vraiment dense mais, brique après brique, tout s’explique tout s’éclaire c’est vraiment là le plaisir de lire un thriller et un bon !

Ma notation :

Top ! A très vite cher Donato Carrisi, je n’ai pas encore lu tous tes romans, il y aura donc encore de quoi me régaler et ça c’est une bonne nouvelle.

Publicités

7 réflexions sur “L’écorchée, Donato Carrisi

  1. Vu que j’avais pas accroché avec les fleurs de papier’ ca me dit moins..
    Par contre je note les titres pour ma prochaine commande pro… D’après ton avis, je vois deja quelques lectrices à qui ça peut plaire..

    J'aime

    • Lunatic, je n’ai pas non plus accroché avec « La femme aux fleurs de papier » et j’ai adoré ses thrillers qui me doivent pas mal d’heures de sommeil 😉

      MadameOurse, j’ai fait la même erreur que toi : lire avec de la distance et j’ai ressenti aussi parfois que des éléments m’échappaient… Je vais essayer de lire « La fille dans le brouillard » rapidement.

      J'aime

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s