Le voyage de Ruth, Donald Mc Caig

004

Quatrième de couverture :

1804, sur l’île de Saint-Domingue, un massacre n’épargne qu’une seule vie, celle d’une petite fille noire. Recueillie par deux Français, l’enfant, qu’ils prénomment Ruth, part vivre avec eux dans la bouillonnante ville de Savannah, au sud des États-Unis. Ainsi commence l’incroyable destin de celle qui grandira dans un pays à la veille de la guerre de Sécession et tombera follement amoureuse d’un Noir libre, avant de devenir « la Mama » qui élèvera l’irrésistible Scarlett.
Derrière le masque de la domestique dévouée, on découvre la vie secrète et les pensées de Ruth. Entre résilience et rêves brisés, Le Voyage de Ruth jette une nouvelle lumière sur l’une des inoubliables héroïnes d’Autant en emporte le vent.

L’avis de MadameOurse :

Dès les premières pages ce roman avait tout pour me plaire. Un cadre géographique Saint Domingue puis les Etats Unis et un cadre historique, ce 19ème siècle et la condition des esclaves, ça m’accroche de suite à l’histoire. Je me suis prise d’affection immédiatement pour Solange et son mari qui vont accueillir sous leur toit une petite fille noire orpheline : Ruth. Celle-ci ne sera ni leur fille ni leur esclave à proprement parler mais elle grandira avec eux en mêlant un peu ces 2 rôles.

Et c’est Ruth qui va devenir l’héroïne principale de ce roman. Travaillant tour à tour pour divers maîtres, élevant leurs enfants, elle gardera toujours sa liberté de penser et ne sera jamais une esclave soumise. J’ai adoré le passage de sa vie où elle épouse Jehu et devient maman. Puis viendront les jours plus durs.

De vie en vie, elle va arriver chez les O’Hara dont elle a connu et élevé la mère Ellen depuis sa naissance. Ellen est la mère de Scarlett qui sera elle aussi élevée par « Mama Ruth ». J’ai beaucoup moins accroché pour ma part à cette fin d’histoire à la plantation Tara. Ruth n’est plus alors qu’un témoin qui va raconter la vie des maîtres et maîtresses qui l’entourent. Mais sa propre vie à elle, femme noire, passe à la trappe et j’ai trouvé ça vraiment dommage.

Ma notation :

Un joli roman, des longueurs par moments surtout dans la fin pour moi. Je n’ai jamais lu Autant en emporte le vent  mais je dirai qu’il ne faut pas lire ce livre dans l’espoir d’y retrouver Scarlett, vous seriez inévitablement déçus puisque la vie de celle-ci n’est qu’à la toute fin du roman. Du coup le roman est à mon sens « mal vendu », les 2/3 principaux du roman n’ayant vraiment rien à voir avec l’héroine de Margaret Mitchell.

Publicités

Une réflexion sur “Le voyage de Ruth, Donald Mc Caig

  1. Mouais, je le lirai pas.. J’accroche pas en général aux romans sur le thème de l’esclavage…
    J’aime moyen aussî le procédé de citer Autant en emporte le vent sur la couverture en se disant que ça fera plus vendre…

    J'aime

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s