La terre qui penche, Carole Martinez

martinez

 

Quatrième de couverture:

Blanche est morte en 1361 à l’âge de douze ans, mais elle a tant vieilli par-delà la mort ! La vieille âme qu’elle est devenue aurait tout oublié de sa courte existence si la petite fille qu’elle a été ne la hantait pas. Vieille âme et petite fille partagent la même tombe et leurs récits alternent.
L’enfance se raconte au présent et la vieillesse s’émerveille, s’étonne, se revoit vêtue des plus beaux habits qui soient et conduite par son père dans la forêt sans savoir ce qui l’y attend.
Veut-on l’offrir au diable filou pour que les temps de misère cessent, que les récoltes ne pourrissent plus et que le mal noir qui a emporté sa mère en même temps que la moitié du monde ne revienne jamais?
Par la force d’une écriture cruelle, sensuelle et poétique à la fois, Carole Martinez laisse Blanche tisser les orties de son enfance et recoudre son destin. Nous retrouvons son univers si singulier, où la magie et le songe côtoient la violence et la truculence charnelles, toujours à l’orée du rêve mais deux siècles plus tard, dans ce domaine des Murmures qui était le cadre de son précédent roman.

L’avis de Margou:

C’est l’histoire de Blanche, jeune fille noble du Moyen Age juste après la Grande Peste, et qui est morte à l’âge de 12 ans. Son histoire est racontée à 2 voix : celle de la petite fille avec son innocence, sa découverte de la vie, du passage à l’âge adulte et celle de la vieille âme de cette fille sage et philosophe qui a traversé les siècles.

L’histoire se suit très bien et l’intrigue est captivante même si on peut être un peu décontenancé au début par l’écriture poétique où se mêlent magie, chants médiévaux, légendes de Franche Comté et références historiques.

C’est un conte sur l’enfance et le passage à l’âge adulte, sur la filiation et le lien à la terre. Les personnages sont attachants ; la terre franc-comtoise et la rivière Loue sont des personnages à part entière.

Ma notation:

Un livre sublime à la fois poétique et romanesque.

Publicités

4 réflexions sur “La terre qui penche, Carole Martinez

  1. J’ai lu le mois dernier.. Beaucoup aimé aussi.. je te conseille du coup Du domaine des Murmures, que je trouve mieux !

    J'aime

  2. Je suis dessus depuis plus d’un mois et si je trouve les phrases très belles, j’ai du mal à les enchaîner.
    Tout est en figure de style quasiment et j’ai l’impression que trop, c’est… trop.
    Vos avis me donnent envie de continuer à lui donner sa chance cependant.

    Aimé par 1 personne

    • Terminé hier. Une fois arrivée aux Murmures, le livre est moins sombre et je l’ai trouvé plus facile à lire. Soit le style s’apaise, soit je me suis habituée.
      Certaines phrases sont simplement magnifiques ❤ ce qui fait que je ne peux pas complètement dire que je n'ai pas aimé.

      J'aime

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s