Duo lecture : Le secret des abeilles, Sue Monk Kidd

Pourquoi ce livre ?

(MadameOurse) Marivalou a lu il y a quelques temps L’invention des ailes du même auteur et a adoré ce titre. Par curiosité lorsque j’ai publié son avis, j’ai regardé les autres romans publiés par l’auteur et ai craqué pour la couv’. Du coup j’ai vite commandé le bouquin et ai tout naturellement proposé à Marivalou de le lire ensemble.

Quatrième de couverture :

 » Nous vivions pour le miel. Nous en avalions une cuillerée le matin pour nous réveiller et une autre le soir pour nous aider à dormir. Nous en prenions à chaque repas pour apaiser notre esprit, nous donner du tonus et prévenir les maladies mortelles.  » En 1964, Lily a quatorze ans et vit en Caroline-du-Sud avec son père, un homme brutal, et Rosaleen, sa nourrice noire. Le décès de sa mère dans d’obscures conditions la hante. Lorsque Rosaleen se fait molester par des Blancs, Lily décide de fuir avec elle cette vie de douleurs et de mensonges. Elles trouvent refuge chez les sœurs Boatwright, trois apicultrices tendres et généreuses dont l’emblème est une Vierge noire. À leurs côtés, Lily va être initiée à la pratique quasi mystique de l’apiculture, à l’affection, à l’amour et à la tolérance.

Sue Monk Kidd signe ici un roman touchant sur une époque où le racisme faisait force de loi, sur la magie de la nature et de la vie, et la puissance de l’amour maternel.

La couverture :
006

(MadameOurse) Elle est superbe, c’est totalement ce qui me fait craquer, j’ai acheté ce livre en grande partie pour cette couv’.005

(Marivalou) Ma couv a moi est très moche puisque j’ai lu une vieille édition de ma médiathèque. Je n’ai donc pas été attirée par sa couverture, mais par l’auteur de ce livre dont j’avais lu un premier titre.

Après lecture :

(Marivalou)

J’ai retrouvé avec plaisir dans ce bouquin les talents de narratrice de Sue Monk Kidd. Dès les premières pages, j’ai été happée par l’histoire, vraiment. Le problème de ce livre, c’est que le premier chapitre est génial… mais qu’ensuite, c’est moins passionnant.

On s’attache instinctivement à Lily, à sa nourrice Rosaleen, ainsi qu’à l’une des sœurs Boatwright. La problématique du racisme dans les années 60 ainsi que du combat pour les droits civiques aux Etats-Unis est fond du livre, sans vraiment être traité à fond, me semble-t-il. Ce livre a tous les ingrédients pour en faire un livre excellent… il manque juste l’ingrédient qui suscite l’addiction (je sais pas si vous me suivez ?).

Preuve en est, sans vouloir spoiler, une fois que vous avez lu le résumé, vous avez presque tout lu. J’exagère. Mais à peine.

Preuve en est (bis), alors que nous sommes adeptes des lectures duo, Mme Ourse et moi, et que nous échangeons souvent tout au long de la lecture, nos mails se sont fait très rares. Et peu fournis.

Pour résumer, une lecture plus qu’agréable, un joli récit, mais un sentiment d’inachevé cependant. Comme s’il manquait un truc pour en faire un récit inoubliable. J’ai préféré « L’invention des ailes », car, sans être non plus addictif, et peut-être en restant « plat », il est nettement plus abouti.

Si quelqu’un a lu les deux livres, je serai heureuse d’avoir son avis.

(MadameOurse)

Je vais avoir du mal à écrire mon avis sur ce livre. Disons que j’ai trouvé le thème intéressant mais le résultat plat. Il y a plein de thèmes qui font de ce livre une chouette lecture : le cadre historique avec le racisme en fond, l’histoire personnelle de Lily maltraitée par son père et dont la mère est décédée dans d’obscures conditions quand elle était enfant, la vie animée qu’elle va trouver dans la maison du miel en compagnie des sœurs August, June et May.

En fait je m’attendais à un sursaut à un moment dans le roman, à ce que l’histoire prenne de la vitesse, du suspense, de l’intérêt supplémentaire, que ce soit sur le destin amoureux de Lily ou sur les révélations concernant sa mère. Mais non c’est lisse. Les moments décrits sont jolis, j’ai aimé les différents personnages dépeints mais je m’attendais à plus. Et c’est dommage car je pense qu’il y avait vraiment matière à…

Malgré ça, ce roman est plaisant à lire mais il ne marquera pas mon esprit. Peut être que je deviens une lectrice exigeante qui cherche beaucoup d’émotions dans sa lecture toutefois car malgré mon avis perso ce roman a connu un grand succès aux USA lors de sa sortie.

Publicités

8 réflexions sur “Duo lecture : Le secret des abeilles, Sue Monk Kidd

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s