Au-delà de 125 palmiers, Pauline Desnuelles

004

Quatrième de couverture :

Alma mène une existence routinière avec son jeune fils Léopold et son mari. Lorsque ce dernier part pour de longs mois en Antarctique à l’occasion d’une mission scientifique, l’univers de la jeune femme vacille. Accompagnée de Léopold, auquel la lie un amour fusionnel, elle fuit la ville et roule sans se retourner. Ils s’installent dans une vieille villa au bord de la Méditerranée. Elle y fait la connaissance d’un vieillard mythomane, écrivain esseulé, puis de son fils Gaspard.
Sous le charme des Pyrénées-Orientales, Alma se laisse aller à goûter cette douce échappée. Peu à peu, elle se libère de sa fragilité, de sa retenue, et se réconcilie avec une sensualité longtemps enfouie au plus profond d’elle-même. Elle sent alors renaître en elle des forces intérieures, comme resurgissent à l’esprit les paysages oubliés.

L’avis de MadameOurse :

Ce roman m’a été offert dans le cadre d’un partenariat avec les Editions de la Rémanence en échange d’un avis. C’est le premier roman de Pauline Desnuelles.

Il est court, 98 pages et se lit comme on prendrait un bon bol d’air un doux après midi d’été sous les rayons du soleil. L’écriture est très douce, les chapitres sont courts, on ne se perd pas en question existentielles. Alma part sur un coup de tête dans sa villa du sud avec son fils Leopold pendant que son mari Paul est en mission pour plusieurs mois. Alma a besoin de retrouver du sens à une vie devenue routinière avec un couple au bord de la rupture.

J’ai très fortement ressenti à travers le texte à quel point cette coupure du quotidien a été nécessaire à Alma, ça m’a même fait du bien à moi aussi le temps de ma lecture. Alma et Léopold vont se créer de nouvelles habitudes de vie, ils vont faire connaissance avec leur vieux voisin Althus puis avec son fils Gaspard. Dans tous les échanges entre les personnages il y a de la simplicité, de la facilité, c’est la vie qui coule entre les lignes du roman avec bien sûr également des moments où on ressent la peine d’Alma, sa douleur d’avoir coulé dans une existence routinière et sans sens. Alors elle s’attache très fort à ces instants car elle sait qu’ils lui sont bénéfiques. Et ça marche.

Le roman reste vraiment fidèle à ce qu’est la vraie vie car au final, cette parenthèse ne restera rien de plus qu’une parenthèse. Mais elle aura apporté à Alma le regain nécessaire à la poursuite de la vie normale. Et c’est joli et très plaisant pour nous de se dire en achevant la lecture qu’il ne faut pas forcément grand chose pour revivre la vie avec sens et passion.

Ma notation :

Un court roman qui vous transporte dans une vraie bulle de douceur.

Publicités

Une réflexion sur “Au-delà de 125 palmiers, Pauline Desnuelles

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s